Participatif
ACCÈS PUBLIC
10 / 09 / 2015 | 2 vues
Didier Cozin / Membre
Articles : 59
Inscrit(e) le 05 / 08 / 2010

Formation : l'externalisation du travail non-qualifié

Parmi les innombrables difficultés sociales français l'insuffisante qualification de près de 25 % des travailleurs français (Chiffres OCDE repris récemment par France Stratégie, dépendant du premier ministre) pèse de plus en plus lourd sur la compétitivité du pays, ses capacités d'adaptation à une économie de la connaissance et de l'information exigeante et ne protégeant plus qui que ce soit derrière des frontières.

 Depuis 30 ans les entreprises en France (comme ailleurs sans doute) ont largement externalisé des services qui n'étaient pas leur coeur de métier (et donc les travailleurs non ou peu qualifiés).

 Aujourd'hui dans tous les bureaux, dans les établissements de santé, dans les usines, les entreprises de transports publics, dans la grande distribution...officient des centaines de milliers de travailleurs non ou peu qualifiés, salariés d'entreprises de services soumis à de très fortes pressions financières sociales et financières.

Le moins disant financier des appels d'offres entraîne des millions de travailleurs dans la sous qualification

 Ces contrats arrachés à vil prix, ces concessions dans la restauration, le nettoiement, le gardiennage...ne sont pas payés au vrai prix, elles permettent d'assurer confort social et salaires avantageux pour les travailleurs installés dans les grandes entreprises donneuses d'ordre mais représentent un vrai danger social chez les sous traitants.

Ne pas former les travailleurs permet de tirer les prix, de limiter les effectifs

 Ces sociétés spécialisées dans la sous traitance (et qui peuvent compter plusieurs dizaine de milliers de salariés) ne peuvent offrir de promotion sociale à leurs salariés. 

Si jamais elles doivent recruter un cadre ou un manager elles le trouveront sans problème sur le marché de l'emploi où les diplômés (parfois sur-dipômés) se pressent à l'entrée des entreprises, acceptant une sous qualification afin d'enfin s'insérer dans le marché du travail, de bénéficier de leur "première expérience professionnelle".

 Ne pouvant promouvoir les personnels non qualifiés, ne pouvant les former (sauf sur quelques rares formations obligatoires) ces entreprises 

 

 

Pas encore de commentaires