Participatif
ACCÈS PUBLIC
04 / 04 / 2022 | 292 vues
Eric Scherrer / Abonné
Articles : 9
Inscrit(e) le 27 / 04 / 2020

Selfie de présentation et SMS de pré-prise de poste : comment le SECI-UNSA s’oppose aux expérimentations de l’agence Pénélope pour contrôler son personnel

Officiellement, l'agence Pénélope teste de nouvelles méthodes de contrôles des salariés soit disant sur la base du volontariat et avant d’avoir un avis du CSE. Face à la pression du SECI-UNSA, la direction vient de mettre un terme aux selfies de présentation et aux SMS de pré-prise de poste avant que ces contrôles ne deviennent obligatoires.

 

L’imagination de la direction de l’agence Pénélope est débordante quand il s’agit de se différencier de la concurrence pour garantir la qualité du service aux clients. L’intégration des nouveaux processus de contrôle des 2 600 salariés en équivalent temps plein, dont 95 % de femmes dans le règlement intérieur est heureusement moins facile grâce aux actions du SECI-UNSA. L’expérimentation de selfies de présentation lancée en juin 2021 vient d’être abandonnée. L’idée était de demander aux gens de faire un selfie avec leur propre téléphone au moment de la prise de poste pour que l’encadrement puisse contrôler la présentation à distance. Développé en interne, le dispositif se composait d’un socle pour poser le téléphone et déclencher un selfie de plain-pied à distance. L’hôtesse devait préalablement avoir chargé l’application 100 % maison et scanné le QR code associé à son activité. En guise de compensation, les salariés percevaient une généreuse indemnisation d’un euro par mois. « Nous avons tout fait pour ralentir ce contrôle en rappelant que rien ne pouvait l’imposer tant que celui-ci n’était pas intégré dans le règlement intérieur. Si cela avait été le cas, nous aurions alors lancé un appel à la grève », souligne Linda Mancini, déléguée syndicale SECI-UNSA qui constate que la direction a considéré que ce n’était pas un projet important qui justifiait une consultation du CSE avant de le mettre en place. Or cela pose notamment des questions sur le droit à l’image. Il est regrettable que le signalement adressé à la CNIL n’ait reçu aucune réponse de la part de celle-ci.
 

Méconnaissance du droit à la déconnexion
 

Il y a un mois, la direction s’est aventurée dans un autre mode de contrôle. Alors que le personnel est déjà obligé de notifier l’heure de sa prise de poste à distance, celle de la pause et de la reprise, sans oublier celle du départ, la direction a décidé d’en ajouter une couche avec le SMS de pré-prise de poste. En sortant de chez elle, l’hôtesse doit envoyer un SMS, toujours depuis son téléphone personnel, signifiant qu’elle est en route. Selon Linda Mancini, « les hôtesses n’ont pas bien pris cette soi-disant innovation qui illustre surtout un manque de confiance à leur égard alors que la qualité du service est réelle. Mais il faut toujours en faire plus pour des clients qui devraient pourtant s’interroger quand le prestataire méconnaît le droit à la déconnexion de ses salariés ». En attendant la prochaine « innovation », le SMS de pré-prise de poste a lui aussi été abandonné et le « Pénélope selfie » qui avait été proposé à un important client n’a pas empêché ce dernier de ne pas renouveler son contrat...
 

Pas encore de commentaires