Participatif
ACCÈS PUBLIC
15 / 01 / 2020 | 1569 vues
Fabien Gache / Membre
Articles : 2
Inscrit(e) le 10 / 04 / 2014

Retraite complémentaire : les salariés de Renault sont-ils des privilégiés ?

Avec son projet retraite, Macron veut supprimer la retraite complémentaire plus avantageuse, que le régime général ARRCO-AGIRC, qui existe chez Renault.


Ce n’est pas une invention de la CGT, c’est écrit page 34 du rapport Delevoy en ces termes :


« Certains salariés connaissent, au sein de leurs régimes complémentaires (notam-ment l’AGIRC-ARRCO), des spécificités en matière de cotisations. Il peut s’agir de taux plus élevé que le taux normal, ou d’une répartition spécifique des cotisations entre employeurs et salariés. Compte-tenu de l’objectif d’équité porté par la réforme, ces situations dérogatoires ne trouveront plus de justification dans un système universel de retraite »...


En effet, l’accord d’entreprise porte le taux d’appel de cotisation ARRCO à 8% contre 6% au taux normal.


Supprimer cette avancée sociale se traduirait par une dégringolade du montant de la retraite.
 

  • Exemple pour un montant actuel de 600€ de retraite complémentaire, celui-ci serait ramené à 450€, soit une perte annuelle de 1800€.


Nous sommes donc nous aussi dans le cadre « d’un régime spécial » et nous considérons que nous devons le garder... mais ceci ne pourra se faire que dans le maintien du système actuel par répartition qui nécessite des améliorations mais surtout pas sa destruction.

Pas encore de commentaires