Participatif
ACCÈS PUBLIC
07 / 04 / 2020 | 755 vues
albert papadacci / Membre
Articles : 14
Inscrit(e) le 30 / 08 / 2019

Paroles de soignantes chez Korian : manque de considération et de valeurs

L’actualité nous a montré que nous avions raison sur notre demande de masques du 10 mars. À ce moment-là, la demande des masques a été refusée car jugée inutile s'il n’y avait pas de covid ! Aujourd’hui, outre qu’il en faut pour tous les soignants (3 par jour) même sans covid dans l’établissement, les autorités médicales préconisent de porter « presque » n’importe quel masque dans la rue !
 

Quand écoutera-t-on enfin les gens du terrain ?
 

Les tests sont oubliés. Nous le ferons avec nos propres deniers. Korian n’a pas les moyens de protéger ses salariés. Nous l’avons bien compris. Nous ne pouvons même pas nous mettre au niveau des résidents... Eux non plus n’ont pas été élus (ou si peu au dépistage). Nous voyons bien le résultat...
 

Qui a été protégé ? Personne. Le seul cadeau reçu est une lettre de Sophie Boissard imprimée à 22 000 exemplaires, affranchie par une machine et distribuée par de courageux facteurs dans nos boîtes aux lettres. Malgré tout ce que l’on peut dire, nous sommes sur le terrain et les salariés se souviendront du vrai manque d’intérêt et d’humanité de Sophie Boissard.
 

La prime
 

De grandes enseignes ont su reconnaître le mérite de leurs salariés sans qu’ils aient eu à la réclamer ; la dignité a été sauve. Korian fait la sourde oreille face à cette demande. Il préfère se préparer à distribuer des dividendes à des actionnaires costumés et cravatés ! Depuis toujours et ces dernières semaines en particulier, notre seul costume est notre tenue et un masque 12 heures par jour quand nous avons la chance d’en avoir, de la sueur et nous n'avons que des réponses « langue de bois » en face. On noie le poisson !


Il va pourtant falloir répondre aux salariés à qui vous demandez toujours plus d’efforts sans mettre la main à la poche.


Vous avez pu voir que certains salariés sont malades ou épuisés et se sont arrêtés ; les établissements sont vidés. C’est un signe que vous devez garder à l'esprit car les gens ne sont pas prêts à mourir pour Korian qui ne reconnaît pas l’investissement sans relâche de ses salariés !
 

« Accepte ce que tu ne peux changer, change ce que tu ne peux accepter ».
 

Nos anciens ont fait maintes révolutions et grèves pour se dé-féodaliser des plus riches. Il n’y a ni justice, ni liberté possibles, lorsque l’argent est toujours roi. Cette crise sanitaire laissera des traces et beaucoup d’entre nous resterons ébranlés par les événements. Mais ne vous méprenez pas, nous ne serons pas, « sganarellisés » quand tout sera terminé. Car nous n’avons eu de cesse de nous époumoner, pour vous faire part de ce que bien des collègues enduraient. Pourtant, la politique du groupe est bien la communication. Pour vous, la parole est sacralisée. Vous avez juste omis de nous dire de quelles paroles il s’agit ! Pour beaucoup, il n’est pas habituel de pactiser pour obtenir un droit individuel. Mais, en ces moments difficiles et souvent révélateurs, ils gardent le sens de l’honneur, de la solidarité et de la camaraderie, ce qui les rend plus forts pour affronter leurs supérieurs hiérarchiques ou leurs serviles subordonnées, qui n’ont aucun scrupule pour les objurguer, les rendant presque responsables des événements actuels. Cela ne les exonèrera pas de leur culpabilité de n’avoir pas agi à temps et de ne pas avoir pris toutes les mesures pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des salariés, conformément au code du travail, article L.4121-1. Nous saurons nous rappeler qui a été sourd, muet et aveugle trop longtemps. Insulter ses subalternes ne les sublimera pas. Ce n’est pas en tenant de fréquents discours infantilisants, qu’ils sauront nous rendre plus bêtes. Car l’intelligence n’est pas d’avoir fait des études et passé des diplômes. La définition de l’intelligence est « qui comprend et s’adapte facilement ».

ESPOIR : Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou nous allons mourir ensemble comme des idiots.

Pas encore de commentaires