Ofi AM investissement responsable

 

Participatif
ACCÈS PUBLIC
19 / 07 / 2019 | 173 vues
Bruno Caron / Abonné
Articles : 3
Inscrit(e) le 21 / 02 / 2012

Les fonctionnaires face aux enjeux de santé publique : en bonne santé malgré l'apparition de problématiques de santé au travail

Depuis 2011, MFP services interroge* les fonctionnaires sur leur santé. Perceptions, ressenti, attentes et besoins des fonctionnaires en matière de prévention pour améliorer leur santé et identification des principaux déterminants sur lesquels il leur semble important d’agir en priorité. MFP services (partenaire de prévention de la CNAM) présente la troisième édition de son baromètre, soit deux ans après la diffusion de l’édition précédente.


Interrogés sur les sujets de fonds de santé publique (antibiorésistance, polymédication, mal-être, vaccination…), les fonctionnaires lèvent le voile sur les problématiques de santé rencontrées dans leur vie personnelle et professionnelle. Le baromètre compare également ces résultats avec ceux de la population française en général.

Des fonctionnaires en bonne santé malgré une hausse des maladies chroniques…

Ainsi, 84 % des répondants se considèrent comme en bonne santé (13 % en très bonne santé), un taux relativement stable par rapport à leur ressenti en 2017. La situation des fonctionnaires concernant les maladies chroniques semble être meilleure, comparativement au reste de la population : 27 % ont déclaré souffrir d’une affection de longue durée (ALD), contre 36 % des Français.
 

Toutefois, parmi les gens ayant répondu par l'affirmative, de nettes évolutions se dessinent : 35 % déclarent souffrir de maladies métaboliques (diabète, thyroïde…), soit 8 points de plus qu’en 2017, 31 % de maladie du cœur, des artères (+10 points) et 31 % de maladies respiratoires (+4 points). Ces maladies nécessitent la plupart du temps une prise en charge à 100 % par la CNAM au titre des affections de longue durée.
 

Le nombre de fonctionnaires déclarant soutenir un proche au quotidien a également progressé de 5 points depuis 2017 (18 % contre 13 %). Ces aidants sont d’ailleurs ceux qui s’estiment en moins bonne santé et qui semblent les plus consommateurs de benzodiazépines : somnifères et anxiolytiques (33 % des aidants fonctionnaires consomment des benzodiazépines, contre 28 % des fonctionnaires répondants).

Apparition de problématiques de santé au travail

Parmi les répondants, 70 % souffrent d’au moins un trouble musculo-squelettique (TMS) : 48 % se plaignent de douleur du dos, 33 % de la nuque et 32 % des épaules. Ces problématiques rencontrées dans leur environnement professionnel ont un réel effet sur leur vie quotidienne pour 62 % d’entre eux. D’ailleurs, ils sont 1 répondant sur 5 à avoir été en arrêt de travail pour cette raison au cours de l'année écoulée.

 

Les dépendances sont également particulièrement présentes dans cette population. Au regard du reste de la population française, les fonctionnaires sont moins marqués par la dépendance au tabac ou par celle aux jeux vidéo mais ont des comportements à risque concernant l’alcool (11 %, soit 2 points de plus qu’en 2017), notamment chez les hommes (17 %), les habitants de grandes villes (14 %) et les fonctionnaires de catégorie A (15 %).

 

De plus, 3 fonctionnaires sur 10 ont déclaré avoir déjà consommé des benzodiazépines au cours de l'année écoulée, principalement en raison de troubles du sommeil ou pour réduire leur anxiété. Cette surconsommation se retrouve principalement chez les fonctionnaires de catégorie C, au premier rang desquels les surveillants pénitentiaires et les douaniers.
 

… nécessitant des opérations de prévention dans le domaine de la santé
 

Conscients de la nécessité de trouver des méthodes alternatives pour lutter contre leurs dépendances, les répondants du baromètre souhaitent être accompagnés à travers des opérations de prévention et d’information sur mesure : 7 % déclarent vouloir être accompagnés face à l’alcool et autant concernant la polymédication.
 

En termes de vaccination, les fonctionnaires se rejoignent pour dire que la multiplication des lieux de vaccination (notamment le lieu de travail) est un véritable levier pour une meilleure vaccination au sein de la population : 8 % souhaitent que leur employeur leur apporte plus d’informations et 54 % se déclarent prêts à se faire vacciner s’il y avait la possibilité de le faire durant leur temps de travail.

MFP services, partenaire de la CNAM pour élaborer des opérations de prévention sur mesure

Véritable partenaire de prévention de la CNAM, MFP services développe de nombreux projets d’expérimentation et de mise en actions grâce à son comité scientifique, en fonction des thématiques et sujets concernant leur population cible, notamment selon les données issues du baromètre sur la santé des fonctionnaires.
 

Début 2017, MFP services a en effet lancé un plan de prévention et de gestion de risque afin de mener des actions de terrain à travers toute la France au sein de grandes administrations publiques et de plusieurs ministères : vaccination antigrippale, dépistage du diabète et du cholestérol se sont notamment déroulées au sein de centres des finances publiques, de DIRECCTE, du Ministère de la Santé, des prisons… Plus de 90 % des participants de ces actions les ont jugées utiles pour leur bien-être au travail et l’amélioration de leurs conditions de santé.
 

Concernant les expérimentations validées par le conseil scientifique, après la première lancée en 2017 (le dispositif Epid’météo visant à lutter contre l’antibiorésistance), MFP services a récemment lancé une plate-forme d’informations dans la région Grand Est afin de sensibiliser la population au bon usage des benzodiazépines et aux éventuels risques de dépendance, ainsi qu’une action sur la polymédication.

Une nouvelle action portant sur la vaccination générale est en cours de finalisation.

*« Baromètre de la santé des fonctionnaires », sondage réalisé du 10 septembre au 7 octobre 2018 par MFP services auprès de répondants fonctionnaires âgés de 18 ans et plus, pour lequel 21 723 questionnaires ont été exploités. L’échantillon est représentatif après application d’un redressement sur les critères suivants : sexe, âge, mutuelle et activité professionnelle.

Pas encore de commentaires