Participatif
ACCÈS PUBLIC
08 / 06 / 2021 | 90 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1471
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

« Je n’ai jamais été aussi fier de notre mouvement » - Nicolas Théry, Crédit Mutuel

Alors que le rapport annuel sur l'activité de l'établissement pour  2020 vient d'être publié, Nicolas Théry (président de la Confédération nationale du Crédit Mutuel) et Pierre-Édouard Batard (directeur général) font le point sur les initiatives prises et les réponses apportées aux sociétaires et aux clients pour les aider à traverser la crise en cette année « particulière » grâce  à la densité de son maillage territorial et à une gouvernance décentralisée favorisant la proximité...


À l’heure d’un bouleversement inédit de l’économie et dans un environnement de rupture environnementale, technologique et sociétale profonde, le groupe entend :

  • accélèrer la transformation de son modèle d’affaires, fondée sur une stratégie de diversification dans l’ensemble de ses métiers ;
  • renforcer son positionnement de banque multiservices de proximité et sa transformation numérique en faveur d’une relation densifiée entre le conseiller et le client, plus proactive, plus efficace et toujours plus confiante.

 

Depuis mars 2020, la France connaît la pire crise sanitaire et économique de ces dernières décennies. Comment le Crédit Mutuel a-t-il fait face à cette situation ?

Nicolas Théry : En cette année éprouvante, le Crédit Mutuel a fait preuve d’une mobilisation exceptionnelle. Porté par l’engagement remarquable de ses 22 000 élus mutualistes et 83 200 salariés, sur tout le territoire, il a mis des réponses concrètes en place pour ses sociétaires et ses clients pour les aider à traverser la crise. Ses 5 433 caisses et agences de proximité n’ont jamais cessé d’être ouvertes pour parer aux besoins. En 2020, le groupe Crédit Mutuel a ainsi octroyé plus de 20 milliards d’euros de prêts garantis par l’État à près de 140 000 professionnels et entreprises. Ces prêts d’urgence de trésorerie ont été décisifs à la sauvegarde de ces milliers de petites et moyennes entreprises qui font vivre l’économie et l’emploi local. En outre, 400 000 clients ont vu leurs échéances de prêts reportées pendant six mois en 2020, pour un montant total d’échéances de 3,6 milliards d’euros, permettant à ces professionnels et aux particuliers économiquement affectés de passer le pic de la crise sanitaire. Les professionnels ont également bénéficié de mesures exceptionnelles de solidarité de plus de 200 millions d’euros versées par nos compagnies d’assurances, tandis que les fédérations régionales ont multiplié les initiatives locales. Je n’ai jamais été aussi fier de notre mouvement qui a su mettre sa solidité et son engagement mutualiste au service de la proximité et de la solidarité. 

 

Quel a été le rôle de la Confédération nationale du Crédit Mutuel en cette période de crise et d’urgence ?

Pierre-Édouard Batard : En 2020, la Confédération nationale du Crédit Mutuel, organe central du groupe, a joué un rôle accru de partenaire pour ses affiliés. D’une part, elle a contribué à la gestion de la crise dans la co-création et la négociation (pour le compte du groupe Crédit Mutuel) des dispositifs bancaires déployés avec les pouvoirs publics et les grandes banques françaises réunies au sein de la Fédération bancaire française. D’autre part, elle a poursuivi ses missions d’ordre règlementaire sur les chantiers de consolidation, de résolution, de redressement, d’audit et de conformité, avec des attentes et un suivi renforcé de la supervision dans le contexte. Avec la décision à caractère général « cohésion », adoptée en février 2021 par le conseil confédéral, l’année 2021 s’ouvre sur la réaffirmation d’une unité et d’une cohésion renforcées du groupe Crédit Mutuel. Cette décision participe au renforcement du modèle mutualiste et des caractéristiques qui fondent sa pertinence et sa force : l’autonomie des caisses locales et des fédérations du Crédit Mutuel selon le principe de subsidiarité, leur proximité locale et la solidarité, alliés à la solidité et la cohérence du groupe Crédit Mutuel dont la confédération est garante.

 

Le groupe Crédit Mutuel affiche un coût du risque non avéré multiplié par 2. Pourquoi une telle prudence ?

Pierre-Édouard Batard : Il n’y a jamais eu aussi peu de faillites d’entreprises, en baisse d’un tiers sur un an, alors que l’économie a perdu 8 % de PIB. Alors oui, nous faisons un choix de lucidité et de responsabilité, totalement assumé. Pour le Crédit Mutuel, il s’agit d’anticiper les défaillances futures en sortie de crise, lorsque les aides exceptionnelles de l’État à l’économie s’estomperont. Nous avons prudemment provisionné pour donner la capacité à nos réseaux de continuer d'accompagner nos clients dans les meilleures conditions.

 

Pourquoi avoir proposé une prime de relance mutualiste qui visait plus spécifiquement les professionnels ?

Nicolas Théry : Face à l’urgence de la situation provoquée par la pandémie, le groupe Crédit Mutuel a proposé une aide immédiate et sans contrepartie, avec la prime de relance mutualiste. C’était une preuve de notre engagement et de notre solidarité à l’égard des commerçants, professionnels, TPE et PME, c’est-à-dire les professions les plus touchées par la crise sanitaire et qui sont si importantes à la préservation de la vie locale. Notre objectif était de les aider à tenir au plus fort de la crise, lors du confinement strict, pour sauver l’emploi local et l’économie des territoires. Très vite, nous avons été rejoints par de multiples acteurs de la banque et de l’assurance et nous pouvons nous réjouir de la mobilisation solidaire de ces entreprises dans cette crise.

 

On voit que cette crise accélère les transformations, notamment la prise de conscience de l’urgence environnementale et climatique. Comment le groupe intègre-t-il et renforce-t-il ce défi dans sa stratégie ?

Pierre-Édouard Batard : Le groupe Crédit Mutuel n’a pas attendu la crise de 2020 pour accompagner les défis et transformations structurelles, en tête desquels celui de l’urgence environnementale et climatique. Ces derniers mois, il a fortement accéléré sa politique climatique, saluée par les ONG, en affirmant de nouvelles ambitions (comme la sortie définitive du charbon à horizon 2030). Tous nos réseaux multiplient les initiatives pour contribuer à transformer notre économie sur le plan environnemental et élaborer une trajectoire respectueuse des accords de Paris. En 2020, le Crédit Mutuel a aussi travaillé à la structuration d’une gouvernance et d’une feuille de route consolidée au niveau national sur la gestion du risque climatique et de RSE car c’est déjà un sujet également de supervision avec la réalisation d’un premier « stress test climatique ». C’est la marque de l’engagement de notre groupe mutualiste en faveur de performances globales, réunissant des performances financières et sociétales, territoriales et environnementales. La quasi-totalité des réseaux et filiales du groupe a fait le choix de formaliser cet engagement en 2020 en adoptant une raison d’être et même, pour beaucoup, le statut d’entreprise à mission. C’est le signe fort de l’affirmation de leur vocation mutualiste et c’est l’unique sens de l’action du Crédit Mutuel.

 

En quoi le mutualisme est-il une réponse aux défis de demain ?

Nicolas Théry : La crise de 2020 a fait la preuve de la force et de la pertinence du modèle mutualiste. Par la proximité, avec une organisation ancrée localement, tournée vers leur développement et celui des acteurs économiques. Par la solidité du groupe, qui lui donne les moyens d’agir au service d’un projet qui concilie l’économie, le social et l’environnement. Enfin par la solidarité en étant, pour tous et partout dans les territoires, au rendez-vous de la crise. Par son indépendance aussi parce que, n’ayant pas d’actionnaires, le groupe n’a que ses clients à satisfaire et dispose d’une plus grande liberté d’action. Mais, au-delà de sa violence, la pandémie a aussi offert la vision d’une société plus solidaire et fraternelle. Par son action au quotidien, le groupe Crédit Mutuel entend continuer de montrer qu’il a entendu le message en poursuivant ses engagements et son action en faveur du bien commun. En prise avec son temps et les besoins d’une société en pleine mutation, le modèle coopératif et mutualiste du Crédit Mutuel répond, comme il l’a toujours fait, aux défis d’aujourd’hui et à ceux de demain.

Pas encore de commentaires