Participatif
ACCÈS PUBLIC
30 / 03 / 2020 | 548 vues
Christine Fourage / Abonné
Articles : 13
Inscrit(e) le 08 / 06 / 2019

Détournement de fonds publics sur le chômage partiel : l'intersyndicale de l'enseignement privé indépendant dénonce

Alors que la continuité pédagogique est assurée dans la majorité des structures, nous déplorons plusieurs cas de mise en activité partielle (chômage allant jusqu’à 100 % du temps) de l’ensemble des salariés (administratifs et enseignants) de certaines écoles.
 

  • Communiqué de l'intersyndicale SNEPL-CFTC, SYNEP CFE-CGC, SNPEFP-CGT et FEP CFDT de l’enseignement privé indépendant.
     

Face à la pandémie, la Ministre du travail a annoncé les nouveaux chiffres du chômage partiel et un dispositif ouvert aux entreprises pour les aider à faire face aux conséquences économiques de la crise. Le recours à ce dispositif concernerait 2,2 millions de salariés pour 220 000 entreprises, en date du 27 mars 2020.
 

Toutefois, dans le secteur de l’enseignement privé indépendant, la continuité pédagogique s’impose à toutes les structures pour assurer l'enseignement attendu par les élèves et étudiants. Cette continuité pédagogique entraîne donc les salariés (enseignants et certains administratifs) à être en télétravail pour tous ceux qui le peuvent (hors garde d’enfants, salariés malades etc.).
 

Ce télétravail permet aux établissements de continuer d'accomplir leur mission pédagogique et d'assurer leur fonctionnement administratif. Nos retours de terrain montrent que cette situation est correctement gérée dans de nombreuses structures et que les salariés impliqués travaillent énormément pour répondre à toutes les sollicitations tant des élèves et étudiants que des établissements eux-mêmes.
 

Toutefois, nous déplorons plusieurs cas de mise en activité partielle (chômage allant jusqu’à 100 % du temps) de l’ensemble des salariés (administratifs et enseignants) de certaines écoles. Parmi elles, certaines se permettent en outre de demander aux salariés (particulièrement aux enseignants) mis au chômage partiel de mettre leurs cours en ligne et de poursuivre le lien avec les élèves et étudiants, faisant même appel à leur « conscience professionnelle » et à leur capacité d’innovation, sous prétexte de faire un effort pour l’intérêt de l’entreprise déjà en difficulté financière !
 

Nous dénonçons ce détournement de fonds publics avec la plus grande vigueur puisque l’entreprise sera intégralement remboursée par l’État des indemnités versées à ses salariés. Nous rappelons que ces comportements constituent un délit passible de la juridiction pénale tant pour les employeurs que pour les salariés qui se prêteraient à cet exercice.
 

Aussi, nous demandons à la fédération employeur FNEP de largement communiquer auprès des établissements, sur ce point de droit important. Les organisations syndicales entendent saisir le Ministère du Travail contre cette pratique délictueuse dans une économie déjà mise à mal par les secteurs contraints d’arrêter leur activité et dans laquelle la solidarité nationale doit s’exprimer.
 

Contacts :

  • contact@snepl-cftc.fr
  • synep@synep.org
  • sn@efp-cgt.org
  • dleon@fep.cfdt.fr
  • blamour@fep.cfdt.fr
Pas encore de commentaires