Participatif
ACCÈS PUBLIC
18 / 09 / 2023 | 374 vues
Christine Simon / Abonné
Articles : 63
Inscrit(e) le 19 / 06 / 2019

Ça bouge à la Banque Postale

La Banque Postale a réalisé un bénéfice net en hausse de 44 % au premier semestre 2023, grâce à l’activité de l’assurance. Il s’élève à 580 M€ avec un coefficient d’exploitation à 63.8 %. Il faut donc lire que, sans la CNP Assurances, les résultats de La Banque Postale seraient négatifs. Cette dernière devient donc dépendante de sa filiale « assurances ».

 

On peut également y voir une volatilité de ses résultats au vu de la norme IFRS17 calculée par rapport à l’évolution des marchés financiers, cette situation ayant été mise en exergue dans les derniers « stress tests » réalisés par la BCE.

 

Une banque de détail en souffrance depuis plusieurs années demeure toujours fragile, car elle peut être confrontée à la remontée des taux d’intérêt du livret à 3 % (un point coûte 200 M€ à LBP) ou à la diminution de la production de crédits immobiliers dans un contexte de hausse des taux « mal anticipée » et de marges négatives.

 

Idem pour la banque de financement et d’investissement dont le résultat net a été divisé par deux, soit 99 M€, alors qu’elle était jusqu’alors le secteur prometteur.

 

Tous ces facteurs négatifs ont conduit au départ du président du Directoire de La Banque Postale alors qu’il avait été reconduit en février 2023 pour cinq ans. Cette annonce pose question et notre fédération ne manquera pas de solliciter La Poste dès la rentrée pour obtenir des explications sur cette décision hâtive de l’été.

 

Après trois années passées à la tête de la filiale, il faut saluer son travail notamment suite à la finalisation du projet Mandarine. Notre organisation syndicale a toujours soutenu ce projet de rapprochement avec la CNP contrairement à d’autres syndicats, créant, ainsi, cette grande bancassurance et ce pôle financier public, regroupant également, en holding, toutes les filiales d’assurances « nonvie ». Le directeur a également réalisé l’acquisition de la Financière de l’Échiquier pour renforcer et développer la filiale Asset Management. De plus, il a obtenu la reconnaissance de La Banque postale en SBTI (Science-Based Target Initiative) en engageant la filiale en faveur de la transition écologique et en la transformant en entreprise à mission. Enfin, il a contribué à un dialogue social constructif.

 

Cependant, le gel des recrutements inquiète fortement les équipes de La Banque Postale et le bilan reste donc à tempérer. L’intérim sera assuré par le Directeur de la CNP. Un nouveau Président ou une nouvelle Présidente sera nommé en septembre.

 

Nous prenons acte du départ du Président, mais restons vigilants sur l’avenir de la Banque Postale.

 

Nous espérons que la nouvelle gouvernance qui instaurera sans doute une nouvelle stratégie respectera les valeurs du Groupe La Poste, les conditions de travail des banquiers et postiers prestant pour La Banque Postale. La Ligne Conseil Bancaire et les postiers des CREC (Centres de la Relation et de l’Expertise Client) ont déjà été beaucoup sollicités ces dernières années, ils ne pourront pas en supporter davantage. Le plan d’économie chez les banquiers est également vécu avec beaucoup d’interrogations et ne doit pas remettre en cause le développement de l’entreprise.

Pas encore de commentaires