Participatif
ACCÈS PUBLIC
11 / 12 / 2020 | 107 vues
Thierry Noleval / Membre
Articles : 10
Inscrit(e) le 31 / 01 / 2019

Négociation sur le harcèlement dans les entreprises de publicité

Le 3 décembre, les partenaires sociaux se sont retrouvés pour échanger sur les problèmes de harcèlement sous toutes ses formes que les salariés subissent dans les entreprises de publicité.
 

La soudaine prise de conscience des employeurs de notre secteur d’activité est due au lancement du site « Balance ton agency » qui a révélé les problèmes de harcèlement et de propos sexistes dans de nombreuses agences bien connues, dont certaines appartiennent aux groupes Publicis et Havas.
 

Si le diagnostic est partagé par l’ensemble des interlocuteurs sociaux, il n’en est pas de même sur les solutions à adopter. En revanche, les organisations syndicales sont sur la même longueur d’onde.
 

Pour cet accord, le SNPEP/FO demande :

  • la définition des divers harcèlements,
  • la mise en place de procédures de saisine en entreprise,
  • la mise en place de procédures de saisine au niveau de la branche de la publicité,
  • la définition d’un statut de salariés protégés pour ceux qui dénoncent les faits,
  • la mise en place de mesures coercitives à l’encontre des harceleurs,
  • la mise en place d’une formation pour les managers et les élus en entreprise,
  • un numéro d’écoute au niveau des centres médicaux de la profession,
  • la mise en place de référent du harcèlement dans les entreprises et dans la branche,
  • la mise en place d’une campagne d’information et de prévention,
  • la mise en place d’une cellule d’accompagnement au niveau de la branche de la publicité,
  • la mise en place d’une base de données juridique.
     

La législation actuelle a prévu de nombreux textes pour régler toutes les situations : harcèlement sexuel, moral, propos sexistes, emprises psychologiques… Face à de telles situations, les salariés refusent bien souvent de porter plainte ; c’est souvent l’arrêt maladie en attendant des jours meilleurs.
 

La première aide pour les salariés se trouve évidement dans l’entreprise, avec les représentants des organisations syndicales, les élus au CSE et au CCSCT. Une obligation de désigner un référent du harcèlement sexuel pour les entreprises ayant mis en place un CSE existe depuis le 1er janvier 2019.
 

Le SNPEP/FO considère qu’il faut maintenant rentrer dans le vif du sujet et travailler sur un projet d’accord afin de protéger les salariés et trouver des solutions pour mettre fin à tout harcèlement au sein des agences et des entreprises de publicité.
 

La prochaine réunion aura lieu le vendredi 18 décembre 2020.

Pas encore de commentaires