Participatif
ACCÈS PUBLIC
26 / 12 / 2017 | 79 vues
Social Nec Mergitur / Membre
Articles : 273
Inscrit(e) le 25 / 11 / 2011

Marseille : malgré FO, la grève dure dans les bibliothèques

D'abord un samedi. Puis un autre. Ensuite, un troisième. Depuis début décembre, les bibliothèques municipales de Marseille sont fermées chaque fin de semaine pour cause de grève et ce n’est près de s’arrêter puisque ça continue samedi 23 décembre. « Ce n'est pas de gaieté de cœur que nous le faisons mais il est urgent de donner l'alarme », confie une représentante FSU au sein des bibliothèques phocéennes au quotidien La Provence.

Le malaise couve depuis longtemps dans les bibliothèques marseillaises, notamment dans le navire amiral de l'Alcazar, où se concentre une grande partie des agents et où la gouvernance pose problème. CGT et FSU y déplorent « une absence de dialogue avec une direction aux pratiques managériales très dures, des pressions, un conservateur en chef qui fait de l'ingérence ». Cette situation entraîne « des départs » avec « une souffrance au travail qui perdure ». À cela s’est ajouté un projet de modification des horaires de travail qui entraînera des fins de journées plus tardives, avec la suppression du système dit « de la journée continue ».

« Nous sommes tout à fait favorables à la révision de nos horaires mais elle se fait sans concertation ni préavis alors qu'elle va affecter l'organisation quotidienne des agents, notamment ceux qui ont des enfants ou des parents à charge », dénonce ainsi Raymond Romano, pour l'intersyndicale CGT-FSU. D’autant plus sans concertation que les représentants du personnel demandent l’ouverture de négociations depuis deux ans et demis ! « Nous avons demandé un rendez-vous avec la direction des affaires culturelles en juin 2015 ; nous avons enfin été reçus le 24 novembre dernier, cinq jours avant le comité technique du 30 novembre », révèle ainsi le syndicaliste au journal La Provence.

Face à ce mouvement social d’ampleur, Jean-Claude Gaudin (maire de Marseille) se contente de répondre par une panisse : « Cette grève est liée aux prochaines élections professionnelles en 2018 et des oppositions très fortes entre syndicats », a-t-il clamé à la radio France Bleue Provence. Évidemment, ce n'est rien d’autre qu’une pagnolade pour ceux qui connaissent les particularités en vigueur depuis plus de soixante-dix à Marseille dans le domaine des relations sociales.

Ainsi à Marseille, FO, d’habitude très offensif sur le plan national, n’appelle pas à la grève dans les bibliothèques. « Il y a clairement un problème de  co-gestion de FO avec un cadre qui fait de l’ingérence et s’assure d’un large effectif dans sa bibliothèque, ce qui déséquilibre les autres et qui vient d’avoir une promotion », fustige la représentante FSU. Pour la promotion, on suppose qu’il est fait référence à cette intervention façon Bonne Mère, par laquelle l’on apprend que certains avancements peuvent se faire parfois à « l’insu de son plein gré » (lire ici)...

D’ailleurs,  fait probablement unique dans les annales, le maire de Marseille est tellement peu hostile au syndicat FO que ce dernier l’a même fait « membre d’honneur », comme le rapportait éberlué le site Marseille Actualité. La grève des bibliothèques marseillaises est néanmoins un véritable succès « Nous nous positionnons bien au-delà de la question syndicale ; c'est le service que nous défendons », assure une représentante du personnel qui relève que la mobilisation des dernières semaines a touché tous les agents, y compris ceux qui se déclarent sympathisants FO. Peuchère...

Pas encore de commentaires