Participatif
ACCÈS PUBLIC
08 / 06 / 2023 | 83 vues
Jacky Lesueur / Abonné
Articles : 1788
Inscrit(e) le 04 / 03 / 2008

La CNRACL tire la sonnette d'alarme sur la situation des agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles

Les résultats de l'enquête du fonds national de prévention de la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales (CNRACL) réalisée sur les Agents Territoriaux Spécialisés des Ecoles Maternelles (ATSEM) ont été publiés début mai 2023.


Au-delà de ce sigle peu compréhensif, les agents concernés exercent des fonctions polyvalentes d'importance, souvent peu reconnues et doivent faire face à une exposition parmi les plus élevées de la fonction publique territoriale en termes de risques professionnels.


Comme le souligne la vice-Présidente en charge de la commission de l’invalidité et de la prévention à la CNRACL, les ATSEM jouent un rôle d’interface essentiel entre les parents, les enseignants et les enfants tout en assumant la charge d’une pluralité d’activités qui garantit un accueil de qualité. 


L'enquête réalisée au sein de 340 écoles maternelles devrait retenir l'attention dans la mesure où le diagnostic qui en ressort est pour le moins préoccupant.
 

En effet on retiendra, entre autres que :
 

  • 62 % des ATSEM interrogées estiment que leur travail a un impact négatif sur leur santé physique et /ou psychologique.
  • 45 % des répondantes déclarent commencer leur journée en étant motivées, près d’une sur deux déclare la commencer en étant épuisée.
  • 82% des ATSEM perçoivent leur activité quotidienne comme plus anxiogène depuis la crise sanitaire.

 

Le cumul d’activités laisse peu de place aux temps morts et constitue un accélérateur de pénibilité. Un fort sentiment de non−reconnaissance du métier et compétences associées.
 

Par ailleurs :
 

4 sujets ressortent comme impactant de manière conséquente le quotidien des agents en termes de contenu et d’organisation du travail
 

→ Une communication insuffisante de l’employeur autour de ses projets pour 51% des répondantes. Plus la taille de l’employeur est importante, plus cet indicateur se dégrade ;

→ Un manque de clarté autour du projet de classe : insatisfaisant pour 35% des répondantes.

→ Une association à l’équipe éducative considérée comme perfectible. C’est un enjeu d’autant plus important que les ATSEM peuvent ressentir une forme de dénigrement de leur travail par le corps enseignant, du fait de :

- Leur positionnement pouvant être perçu et vécu comme “subalterne”

- Leur expérience de la précarité, souvent plus marquée au sein de cette population, qui ne les autorise pas toujours à se considérer comme légitimes pour s’exprimer à propos de la vie de classe ou de son organisation pédagogique (Siblot, 2020).

→ Une très faible association aux décisions importantes de l’organisation de l’école : seulement 19% des répondantes sont invitées à participer au conseil d’école, avec toutefois un résultat plus favorable dans les collectivités comprenant moins de 30 ATSEM

 

Pour mémoire également : 
 

Ce métier féminisé à plus de 99% se caractérise par une démographie vieillissante - près d’un quart des agents a plus de 55 ans - et par un pourcentage conséquent d'agents titulaires, exerçant à temps non complet.

 

A partir de ces constats et de bonnes pratiques relevées, l'enquête formule  un certain nombre de solutions autour de six thématiques:
 

  • le contenu et l’organisation du travail,
  • l’environnement de travail,
  • les conditions de travail,
  • les parcours et compétences,
  • les relations de travail et climat social,
  • la reconnaissance

 

Pour plus de détails:

Pas encore de commentaires