Participatif
ACCÈS PUBLIC
11 / 01 / 2010 | 41 vues
Rodolphe Helderlé / Journaliste
Articles : 3843
Inscrit(e) le 16 / 11 / 2007

De la vidéo surveillance pour inciter au respect des procédures de sécurité chez Arcelor Mittal

Le 23 décembre, un salarié du sous-traitant Multiserv est décédé sur le site Arcelor Mittal de Dunkerque. L'accident du travail s'expliquerait par le non-respect des consignes de sécurité. Les directions d'Arcelor Mittal et de Multiserv ont présenté un projet de vidéo surveillance afin d'inciter les salariés à respecter les consignes.

« La vidéo surveillance n'empêchera en rien l'accident mais permettra à l'employeur de se décharger en cas d'accident en démontrant que le personnel ne respecte pas les consignes », lance la CGT qui préconise de « trouver des solutions aux non-respects des consignes de sécurité par une analyse des postes de travail avec l'IPRP (intervenant pour les risques professionnels) de l'entreprise. »

Une vidéo montrant des pratiques dangereuses circule d'ores et déjà depuis le 30 décembre. La question : pourquoi les salariés opèrent-ils ainsi ?

Aucune maîtrise de la sous-traitanc

« Nous faisons le triste constat qu’Arcelor Mittal ne maîtrise aucunement la sous-traitance sur son site sidérurgique », estime la CGT qui rapporte que le 29 décembre, quatre salariés de Multiserv utilisaient des plaques de fibres céramiques réfractaires Fiberfrax (produit classé CMR) sans protection particulière. C'est Caldérys, un autre sous-traitant, qui était en charge de superviser l'opération.

Le 6 janvier 2010, les représentants syndicaux constatent à 17h10 que les salariés de
Mustiserv sont présents sur le chantier depuis 5h10 du matin, soit une présence de 12h00, sans aucune dérogation de l’inspection du travail.

Pas encore de commentaires