Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 06 / 2022 | 45 vues
Daniel Philip / Membre
Articles : 5
Inscrit(e) le 30 / 12 / 2010

Peu d'évolution de la durée annuelle effective du temps de travail de salariés

La durée du temps de travail est un sujet qui revient assez régulièrement dans les débats avec souvent bien des a priori...mais qu'en est il vraiment ?

 

Après la forte baisse enregistrée  en 2020, due aux mesures prises pour faire face à la crise sanitaire (recours massif au chômage partiel en particulier), la durée annuelle effective retrouve en 2021 pratiquement son niveau d’avant-crise ....  le chômage partiel n’ayant pas modifié les horaires contractuels, la durée habituelle hebdomadaire moyenne est stable pour les salariés.....

 

C'est ce qui ressort de la dernière étude de la Dares ( Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques ) publiée ces dernières semaines (1).

 

Principaux éléments à retenir :

 

En 2021, l'ensemble des actifs travaillent en moyenne une durée annuelle effective de 1567 heures, et effectuent en moyenne 36,9 heures de travail au cours d'une semaine habituelle.

 

Lorsqu'ils travaillent à temps complet, les non-salariés travaillent plus que les salariés sur l'année (2 193 heures contre 1 638 heures) mais aussi au cours d'une semaine habituelle (47,7 heures contre 38,8 heures par semaine).

 

Toutefois, lorsqu'ils sont à temps partiel, les salariés travaillent davantage que les non-salariés (23,4 heures contre 19,7 heures par semaine et 938 heures contre 843 heures par an).

 

Pour mémoire la durée annuel du travail était 1 539 heures en 2019

 

(1) Le détail de la note de la Dares

La durée individuelle du travail | Dares (travail-emploi.gouv.fr)

Afficher les commentaires

Pendant la crise sanitaire, les agents de la fonction publique déclarent une intensification du travail mais se sentent plus utiles.

Une enquête réalisée par la DGAFP au premier trimestre 2021 permet de dresser un premier état des lieux des conséquences de la crise sanitaire sur les conditions de travail des agents de la fonction publique, un an après le début de la pandémie.

 

Les principaux éléments à retenir:

 

Un agent sur deux déclare que son travail s’est intensifié et la même proportion que son travail s’est accompagné de davantage d’exigences émotionnelles, ce qui est plus souvent le cas que pour les salariés du privé.

En revanche, les agents de la fonction publique déclarent plus souvent une amélioration de la situation sur le sens accordé à leur travail (utilité du travail et fierté du travail bien fait) ou en termes d’autonomie, notamment les enseignants et les agents de la fonction publique hospitalière (FPH).

Au sein de la fonction publique, les enseignants, les agents de la FPH, les femmes, les personnes de moins de 50 ans, les agents ayant un diplôme de niveau bac +2 ou plus déclarent plus souvent une dégradation de leurs conditions de travail.

 

 

 

Pour en savoir plus: https://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/point_stat/point-stat_crise-sanitaire_FP.pdf