Participatif
ACCÈS PUBLIC
21 / 09 / 2023 | 118 vues
Christine Simon / Abonné
Articles : 60
Inscrit(e) le 19 / 06 / 2019

Défaillance de la sous-traitance et manque d'effectifs : épuisement psychologique des salariés de Chronopost

Notre fédération se tient aux côtés des salariés, exigeant des comptes devant les dysfonctionnements et décisions problématiques de la direction !

 

Rappel de la situation

 

Durant la saison estivale (tract du mois d’août), nous avons fait face à une série de défis majeurs. Les régions touchées par les défaillances des sous-traitants ont grandement impacté nos agences, les services clients, les services supports et commerciaux. Le manque d’effectifs, associé aux réponses tardives de la direction, a placé les équipes sous une pression constante, engendrant des répercussions directes sur nos clients.

 

Ces dysfonctionnements ont non seulement perturbé les opérations, mais ont également eu des effets sur l’état psychologique des salariés. Les interactions tendues et parfois agressives, tant verbales que physiques, au sein de nos espaces d’accueil, services clients et services supports, ont exacerbé cette situation.

 

Les impacts des défaillances mentionnées ont des conséquences significatives tant au niveau des primes liées aux objectifs opérationnels que sur le plan commercial (prime trimestrielle, bonus, commissions, etc.). La qualité de service en berne en relation avec la mesure de notre notoriété qui baisse dangereusement. De plus, cette réalité a été relayée par les médias, entachant ainsi l’image de Chronopost. Il est impératif que des mesures soient prises pour résoudre ces problèmes et pour améliorer la situation.

 

Points clés de l'été sinistré

 

Défaillance de la sous-traitance : les problèmes causés par les sous-traitants qui pour certains sont piégés dans un système de coûts et matraqués par des pénalités, ont détérioré fortement les conditions de travail des équipes, entravé notre capacité à fournir un service de qualité.

Notre fédération demande une évaluation des partenaires sous-traitants et des mesures pour éviter que de tels problèmes se reproduisent.
 


Manque d’effectifs : l’accroissement de la charge de travail résultant des lacunes mentionnées a clairement révélé un manque alarmant de personnel.


Nous insistons  sur la nécessité de solliciter des recrutements additionnels afin d’alléger la pression sur l’équipe en place sur les différents services opérationnels, clients et supports. Réactions tardives de la direction : les retards dans les réponses de la direction face aux problèmes opérationnels ont aggravé la situation.

 

Notre organisation syndicale demande des protocoles de gestion de crise plus efficaces et une communication améliorée.

 

Les élus FO au comité social économique, ainsi que les autres organisations syndicales, ont obtenu la tenue d’un CSE Extra ordinaire  suite à la demande collective du 13 septembre 2023.

 

Nous avons d’ores et déjà communiqué les points de l’ordre du jour et avons demandé la présence du directeur des opérations.
 

1. Défaillances de la sous-traitance et de l’activité au sein de l’entreprise.

2. Analyse des causes profondes des défaillances.

3. Conséquences financières de ces défaillances.

4. Conséquences sur la santé physique et psychologique des salariés.

5. Plan d’actions correctives concernant cette situation.

 

Agenda social à venir

 

Dans les prochaines semaines, nous amorcerons des négociations cruciales portant sur l’accord GEPP (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Parcours Professionnels). Notre organisation syndicale  restera vigilante, notamment en ce qui concerne les salariés seniors. Il est essentiel que des mesures d’accompagnement spécifiques pour cette population soient intégrées dans un accord.

 

Nous demandons par ailleurs des investissements dans la formation continue, permettant à chaque employé de développer ses compétences et d’évoluer professionnellement.

 

Une attention particulière doit être portée à l’amélioration des conditions de travail.

 

Quant à l’accord sur l’Égalité Professionnelle, nous constatons que la direction n’a pas pleinement pris en compte nos premières revendications en début d’année. Notre fédération souhaite faire progresser ce dossier et garantir des avancées significatives par exemple comme favoriser la conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle. Nous demandons une évaluation transparente de la structure salariale et des ajustements pour garantir des salaires équitables, éliminant les écarts injustifiés

Pas encore de commentaires