Participatif
ACCÈS PUBLIC
01 / 04 / 2022 | 248 vues
Veronique Michaut / Membre
Articles : 14
Inscrit(e) le 18 / 09 / 2013

Thales : lorsque l’ego tue les négos

Ces jours-ci, l'intersyndicale de Thales diffuse un résumé de la réunion à laquelle la direction du groupe l'a conviée après la manifestation du 10 mars dernier au siège, à La Défense.

 

Lorsque l’ego tue les négos...
 

Le 10 mars, une forte mobilisation s’est tenue à La Défense. Lors de cette mobilisation, une délégation a été reçue par la direction. Ceci nous a permis de réaffirmer nos revendications, lesquelles restent les mêmes depuis le 18 janvier 2022. 
 

Sans proposition, la direction s’était engagée à rapidement nous convoquer afin de nous faire des propositions. Ne voyant rien venir, nous avons envoyé un courrier à la direction la semaine dernière, lui demandant de respecter ses engagements et de nous recevoir pour tenter de trouver une issue à cette crise. Les quatre organisations syndicales du groupe ont été donc été convoquées pour une réunion qui s’est tenue le 25 mars, à 13h30. Préalablement à cette réunion et de manière responsable et mesurée, les organisations syndicales représentatives ont travaillé à un protocole de sortie de crise. Ce dernier a été communiqué à la direction le 24 mars, avant la réunion prévue pour le lendemain.
 

Réunion du 25 mars : « la poupée qui fait non »
 

Face aux quatre organisations syndicale, la direction était représentée par le DRH du groupe et France (excusez du peu !) et le DRH des relations sociales du groupe. La direction a d’abord tenté de justifier les assignations en justice que nous qualifions de honteuse.
 

Elle a ensuite repris chacun des points, en y répondant comme suit :

  • retour à une politique salariale appliquée au 1er janvier 2022 ;
  • revalorisation du budget de la politique salariale 2022 ;
  • garantir que la revalorisation des minima conventionnels soit réalisée sans effet sur le budget de la politique salariale 2022 ;
  • suppression des mesures coercitives de la direction associée aux mouvements.
     

Aucun argument n’étant parvenu à faire plier la direction, celle-ci a fini par interrompre la réunion et quitter la salle.

Pas encore de commentaires