Participatif
ACCÈS PUBLIC
25 / 02 / 2022 | 118 vues
Jérôme Aubé / Membre
Articles : 7
Inscrit(e) le 11 / 01 / 2022

Mutuelle nationale des hospitaliers : entre tensions psychologiques et physiques, les soignants sentent un besoin urgent d’accompagnement

La Mutuelle nationale des hospitaliers dévoile les résultats de son observatoire MNH de la santé, le seul donnant la parole aux hospitaliers. Cette deuxième édition dresse un état des lieux de la santé des soignants dans l’exercice de leurs fonctions. Les résultats en sont éloquents : au quotidien, la santé des soignants est mise à rude épreuve.

 

Enseignements clefs de l'étude


Les professionnels de la santé jugent leur quotidien difficile, tant physiquement que psychologiquement. Une écrasante majorité des soignants déclare avoir fait l’expérience d’au moins une forme d’incivilité ou de violence, en tant que témoin ou victime. Cette situation concerne notamment 91 % des actifs hospitaliers (dont un tiers « souvent »), 98 % des médecins et 89 % des étudiants en santé. Notons que plus d’un actif hospitalier sur quatre (28 %) a déjà été victime de violences physiques. Les actifs hospitaliers et les médecins sont en première ligne face à la colère des uns et des autres et sont particulièrement concernés par chaque violence évoquée.

 

Les risques les plus craints dans le cadre de leur métier révèlent la constante tension psychologique à laquelle ces derniers sont soumis.
 

Dans le trio des risques les plus craints par l’ensemble des Français en poste figurent le surmenage ou l'épuisement professionnel (35 %), le stress (34 %) et la perte d’emploi (21 %).


Si l'épuisement professionnel est également en tête des préoccupations des professionnels hospitaliers, il l’est dans des proportions bien plus importantes que chez les Français : 64 % des actifs hospitaliers le craignent, 63 % des médecins, 64 %, des décideurs et 69 % des étudiants en santé, contre 29 % du reste de la population française.


La perte de sens au travail arrive en second risque le plus craint dans le cadre de leur métier pour 41 % des actifs hospitaliers, 39 % des médecins, 47 % des décideurs et 35 % des étudiants en santé alors qu’elle est mentionnée par « seulement » 16 % des Français actifs.


Les actifs hospitaliers sont surreprésentés pour appréhender les maladies professionnelles et troubles musculo-squelettiques (22 %, + 5 points contre les Français, + 19 points contre les médecins, + 17 points contre les décideurs).

 

Ces tensions ont des conséquences concrètes et tangibles sur le travail des professionnels hospitaliers et sur leur besoin d'accompagnement.
 

Les actifs hospitaliers ressentent un besoin indéniable d’être accompagnés à cause de ces tensions subies. Ces dernières ont des conséquences tangibles, notamment sur les arrêts maladie : ils ont en moyenne été arrêtés 26,8 jours ces 12 derniers mois, soit 16 jours de plus que l’ensemble des Français en poste, 23 jours de plus que les médecins et 18 jours de plus que les décideurs (nombre de jours déclaratifs dans le cadre de l’enquête). Ces derniers sont également plus touchés que la moyenne des actifs français concernant les arrêts de travail pour contamination par le covid-19 (17 % contre 10 %), pour épuisement professionnel (14 % contre 9 %), pour troubles musculo-squelettiques (19 % contre 9 %) ou autres motifs de santé (21 % contre 12 %).


Ainsi, 8 à 9 actifs hospitaliers sur 10 ont un membre de leur entourage professionnel ayant eu un arrêt de travail pour chacune des raisons susmentionnées.


Particulièrement affectées par les difficultés quotidiennes, 95 % des actifs hospitaliers estiment avoir besoin d’au moins une aide : une meilleure écoute pour 83 %, une prévention pour les TMS pour 64 %, une prévention sur les troubles du sommeil pour 56 % et, pour la moitié, d’une aide psychologique. Le score est bien plus élevé chez l’ensemble des hospitaliers (88 % chez les médecins et 83 % chez les décideurs) que chez les actifs français (69 %).


Notons que, en réponse à leur besoin de soutien, les actifs hospitaliers et les étudiants ont le plus confiance en leur médecin traitant, la Sécurité sociale et les mutuelles (dans l'ordre).
 

Méthodologie
 

L’enquête a été menée auprès de 4 000 professionnels de la santé et 1 000 Français, en octobre 2021 :

  • grand public : 1 000 personnes (échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus) ;
  • actifs hospitaliers : 1 301 actifs hospitaliers issus des bases de contacts MNH ;
  • médecins hospitaliers : 200 médecins généralistes et spécialistes, exerçant à l’hôpital ou en clinique exclusivement ;
  • décideurs hospitaliers : 75 décideurs hospitaliers issus des bases de contacts MNH ;
  • étudiants en santé : 176 étudiants dans le domaine de la santé (100 issus d’un panel spécifique + 76 issus des bases de contacts MNH) ;
  • retraités hospitaliers : 2 312 retraités hospitaliers issus des bases de contacts MNH.
Pas encore de commentaires