Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


"La comédie (in)humaine" ...ou les délires du management

sept. 22

par Michel Monteil Theme: Santé & conditions de travail

Même les économistes libéraux sont atterrés par le développement du management actuel.

 Nicolas Bouzou et Julia de Funès viennent d’en dénoncer les excès dans un livre La comédie (in)humaine ou " Comment les entreprises font fuir les meilleurs.?"..sorti  au début ce mois...

Réunions interminables, séminaires sportifs, inflation des process : l'entreprise est devenue le lieu de l'absurde.

Les auteurs de ce livre ( peu suspects d’être des adversaires du libéralisme)  partent en croisade contre l'absence de sens qui paralyse nos sociétés et proposent des solutions concrètes.

Pourquoi le management vire-t-il souvent à la tragicomédie ?

Pourquoi les entreprises s'évertuent-elles à bâtir des organisations qui font fuir les meilleurs alors que leur principal objectif devrait être d'attirer les talents ?

Comment remédier concrètement à ces dysfonctionnements insensés, sources de burn-out, bore-out et autres brown-out ?

Pour la philosophe et l'économiste, défenseurs acharnés de la libre-entreprise, il est urgent de laisser les salariés exprimer librement leur intelligence critique et redonner du sens à leur travail.

Ce n'est pas avec des babyfoots, des formations ludiques, des documents PowerPoint à n'en plus finir ou des Chief Happiness Officers que l'entreprise de demain sera le lieu de l'innovation, de la performance et du progrès ! 

Pour les auteurs, les entreprises exigent de plus en plus de travail de leurs salariés, mais dans les faits l’accumulation de process et de réunions les empêche de travailler ; alors que les salariés auraient besoin de sens et d’autonomie, on leur demande instamment d’être heureux au travail….

Constat : le management contemporain est insensé, démotivant, pathogène. Loin de se pencher sur les dégâts de l’implacable course au coût du travail le plus bas, les auteurs  se concentrent sur l’aspect despotique et jargonnant de ces méthodes qui entendent instaurer, à grand renfort de novlangue, l’idée que l’entreprise comme le meilleur des mondes.

Selon eux, les salariés perdent de vue le but et le résultat tangible de leur travail. Les plus fragiles souffrent de maladies professionnelles, les désormais tristement célèbres burn-out, bore-out et brown-out.

En faire la première  cause des burn-out, en oubliant, par exemple, que la reconnaissance du travail effectué passe par une rémunération adéquate, est un pas que les auteurs, agiles conseillers d’entreprises, franchissent allégrement. 

Un livre, en état de cause, intéressant à lire dans la période.... 

 

La comédie (in)humaine de Nicolas Bouzou et Julia de Funès, aux éditions de l’Observatoire

 

source: MP/FOH 

Lu 540 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire