Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


Le système de l’ARENH est aberrant !

nov. 02

par Vincent Hernandez Theme: Vie économique

EDF est confrontée à la nécessité de procéder à l’arrêt pour vérification de plusieurs tranches nucléaires pour des problèmes de qualité de fabrication, principalement chez Areva NP. 

Dans ce contexte nouveau, EDF a demandé au Gouvernement de suspendre le dispositif la forçant à vendre l’électricité de son parc nucléaire à prix garanti à ses concurrents (Système de l’ARENH mis en place en 2010 dans le cadre de la loi NOME). 

À juste titre, EDF pointe la « répercussion » des arrêts de réacteurs sur « le marché de gros de l’électricité et des effets spéculatifs qui en résultent ».

 Le système de l’ARENH est en effet aberrant. Il permet aux concurrents d’EDF de souscrire ou non de l’énergie dans le cadre de ce mécanisme, selon leurs intérêts du moment, sans prendre aucun risque et sans payer pour cela cette optionalité. Cela c’est le principe même de la loi NOME que notre fédération  a toujours dénoncé.

 Or, dans le contexte actuel du parc nucléaire, le dispositif en place permet aux concurrents d’EDF d’acheter pour revendre afin de profiter des conditions de prix de marché, sans que cela ne soit lié à un besoin d’approvisionnement de leurs clients.

Cela serait donc de la pure spéculation au détriment du service public et d’EDF.

 Si l’État laisse perdurer une réglementation permettant aux concurrents d’EDF de lui acheter de l’électricité à 42 euros (prix de l’ARENH) pour le revendre sur le marché à 70 euros, tout cela pour spéculer sur un bien aussi essentiel, on peut parler de scandale.

 On comprend mieux pourquoi les concurrents d’EDF tels Direct Energie, le même qui refuse d’appliquer les règles sociales de notre secteur, militent pour le maintien du système ! 

Notre fédération soutient donc sans réserves la demande d’EDF de prendre des mesures allant jusqu’à suspendre le mécanisme de l’ARENH et demande à la ministre d’être enfin celle du service public de l’énergie et non de ses concurrents.

 Plus généralement, la situation démontre à nouveau que la loi NOME est néfaste au maintien du service public de l’électricité. Notre organisation syndicale en demande l’abrogation pure et simple. Et nous  demandons , enfin, à rencontrer la ministre ROYAL pour débattre des problèmes énergétiques en général, tant sur la situation d’EDF que sur celle du groupe Engie enproie à des restructurations que nous contestons, telle la volonté de se séparer de son activité d’exploration production

Lu 994 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

30x30_Meyronneinc

La révolution en marche...à 80 kms à l'heure....

le 16 févr., 2019 par Marcel Caballero`

30x30_Photo_identit__

SumOtech : Les premières inclusions

le 16 févr., 2019 par Dominique Letourneau`

30x30_Ok1

Formation Professionnelle: du marché à l'individu

le 15 févr., 2019 par Fabien Brisard`

30x30_OCL120151013-5

La campagne MGEN lauréate TOP/COM Grands prix Or

le 15 févr., 2019 par Roland Berthilier`

30x30_Photo_Roland_Berthilier_credit_photo_MGEN_H_Thouroude
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours