Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


Les EHPAD, la colère….

avr. 24

par Bernard Ribet Themes: Santé & conditions de travail, Protection sociale, Activités sociales et culturelles

Les personnels des maisons de retraite et des services d’aide à domicile se sont mobilisés le 30 Janvier à l’appel de plusieurs organisations syndicales et notamment de la Fédération Syndicale FORCE OUVRIERE des services publics et de santé, initiatrice et en pointe sur ce mouvement de protestation depuis plusieurs mois.

A noter que l’Association des Directeurs au service des Personnes Agées (ADPA) soutenait cette action.

La mobilisation a été effective : plus de 30 % de grévistes. – si l’on fait abstraction des personnels réquisitionnés – et plusieurs milliers de manifestants dans les grandes villes.

Le gouvernement, dans le cadre de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, a prévu 100 millions € en faveur des EHPAD soit 80 € par résident et par an !

50 millions € supplémentaires étaient annoncés la veille du mouvement de protestation : une goutte d’eau sans rapport avec la réalité des besoins.

Rappelons que, lors de la discussion de la loi de l’adoption de la société au vieillissement de Décembre 2015, le chiffre de 2 milliards € était avancé par les représentants de notre Confédération lors de leurs négociations avec le gouvernement et ce chiffre n’a jamais été contesté.

 

Près de 728.000 personnes âgées sont prises en charge et réparties dans les 6.900 EHPAD publics, privés – secteur associatif non lucratif – ou commerciaux.

Ce chiffre va augmenter très sensiblement dans les quelques années à venir du fait du vieillissement de la population. 55 % des résidents sont considérés comme très dépendants.

La situation dans les EHPAD est explosive. Les moyens financiers, humains et matériels baissent d’année en année alors que les besoins ne cessent d’augmenter. Les conditions de travail ne cessent de se dégrader et par conséquent la qualité de l’accueil, de l’accompagnement et des soins du résident.

Les témoignages sont affligeants. Le manque de moyens impacte évidemment le quotidien des résidents au point de voir des cas de non-traitance parfois pour ne pas dire de maltraitance. Et la proportion des personnes très dépendantes ne cesse d’augmenter.

Il manque 180.000 emplois dans les EHPAD et il n’y a plus de contrats aidés.

Les écrans et les tablettes qui tiennent lieu d’animation ne remplacent pas l’échange humain ce dont les personnes âgées ont le plus besoin entre autres.

Les syndicats exigent une hausse des effectifs. Rappelons que le Plan Solidarité Grand Age prévoyait un agent ou un salarié par résident – le ratio n’a pas évolué depuis 30 ans et il est aujourd’hui de 0,6 dans le meilleur des cas !

Il en résulte colère, absentéisme, découragement face à une pression qui devient de plus en plus intenable. Le mode de financement des établissements et notamment les conséquences de la loi de convergence tarifaire des EHPAD, à l’initiative du gouvernement précédent, sont très critiquées car elles favorisent certains établissements au détriment d’autres. Ainsi dans ses modalités d’application elles aggraveraient les inégalités territoriales de l’offre de soins.

Les syndicats demandent d’ailleurs la suppression de cette réforme.

Les pouvoirs publics et toutes les autorités partie prenante doivent prendre enfin conscience de l’urgence à traiter cette question comme il se doit et non à budgets contraints. Et il faut anticiper car la question du grand âge constitue aujourd’hui un défi sociétal majeur : il suffit, pour s’en convaincre, de constater, d’après les projections imposées par l’espérance de vie, que d’ici à 2070 le nombre des plus de 75 ans aura doublé et celui des plus de 85 ans aura quadruplé.

Aujourd’hui le financement de la dépendance provient pour l’essentiel des cotisations prélevées au titre de la « journée solidarité » créée en 2004 et de la contribution additionnelle de solidarité (CASA) payée d’ailleurs par les seuls retraités avec le risque que les recettes soient détournées selon les priorités budgétaires du moment. Plus que jamais la mise en place d’un 5ème risque dépendance couvert par une cotisation universelle s’impose. Nous l’avons déjà maintes fois réaffirmé.

Enfin il faut prendre en considération l’évolution des coûts laissés à charge des résidents dans les établissements d’hébergement. De moins en moins de retraités pourront payer un hébergement en établissement, et ce malgré les aides, l’APA notamment. 50 % des EHPAD facturent un prix supérieur à 2.000 €/mois et 10 % des EHPAD facturent un prix supérieur à 2.800 €/mois. L’accès à l’hébergement en établissement est un problème auquel il faudra bien aussi s’atteler.

Notre société et nos dirigeants se déshonoreraient si cette situation devenue scandaleuse perdurait. Les aînés doivent être traités dans des conditions qui respectent leur dignité et répondent à leurs besoins. Le dévouement des professionnels de santé n’est évidemment pas en cause et nous leur rendons hommage.

 


 

Lu 248 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

Les "trophees-edtech" MGEN

le 15 août, 2018 par Roland Berthilier`

30x30_Photo_Roland_Berthilier_credit_photo_MGEN_H_Thouroude

Discriminé.e ? ....Faites entendre votre voix !

le 15 août, 2018 par Denis Stokkink`

30x30_PLS.Logo.positif.140901

Comment garantir l'accès à la culture pour tous ?

le 14 août, 2018 par Arnaud Breuil`

30x30_AB_2
30x30_Photo_2_001

L'union européenne "fascinée" par l'économie sociale..?

le 13 août, 2018 par Marcel Caballero`

30x30_Photo_identit__
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours