Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


« FRENCH IMPACT » ...des conséquences tout sauf sociales

févr. 22

par Anne Baltazar Theme: Vie économique

Le Haut-commissaire à l’Économie Sociale et Solidaire (ESS) a annoncé la mise en oeuvre de « French impact », un soi-disant « accélérateur de l’innovation sociale ».

Pour notre organisation syndicale , si l’innovation sociale doit être encouragée, elle n’a pas à l’être selon un système de labellisation lucratif. Or, il s’agit ici de créer un marché où les entreprises se labelliseront entre elles, tout en se répartissant au passage 1 milliard d’argent public en 5 ans.Les entreprises statutairement de l’ESS seront mises en concurrence avec des entreprises à but lucratif. Cela se traduira à terme par une perte d’identité de l’ESS, et donc un risque fort pour sa pérennité.

Pour nous, la validation de l’innovation sociale relève de l’action publique et donc d’un service public. Les innovations doivent être contrôlées, de façon objective et neutre, et dans le respect des règlementations, puis faire l’objet de développement national afin d’en bénéficier au plus grand nombre.

De plus, pour tout besoin social collectif, la première des « innovations » devrait être une intervention publique permettant d’y répondre en égalité de droits.

Or, il s’agit ici de permettre à des entreprises de pouvoir faire des expérimentations règlementaires, au motif d’innover « socialement » : en bref créer des dérogations tout en faisant du business !

Ce « French impact » traduit, comme son anglicisme le montre, une vision anglo-saxonne et libérale de la dimension sociale : elle se doit d’être lucrative et dérèglementée(*). Notre Confédération  y oppose juste la République.

▪______________________________________________________________________(*) *Déclaration de Christophe ITIER, Haut-commissaire à l’Économie sociale et solidaire dans La Croix du 17 février 2016 : « Compte tenu de l’état des finances publiques et de l’ampleur des défis sociaux, je suis convaincu que l’Etat-providence doit se réinventer. Nous devons trouver de nouvelles formes de financement, fondées sur une vision entrepreneuriale de l’action sociale » 

Lu 657 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire