Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


Les jeunes médecins hospitaliers dépriment

juin 17

par Jacky Lesueur Theme: Santé & conditions de travail

Selon une étude publiée en début de semaine par le principal syndicat d'internes, l'Isni,les jeunes médecins en milieu hospitalier seraient 66% à souffrir d'anxiété et près d'un tiers de dépression.

Les résultats permettent de mesurer l'état de santé mental des étudiants et jeunes soignants et de proposer des améliorations pendant leur formation.

Les quatre syndicats d'étudiants et jeunes médecins (Anemf, Isnar-IMG, ISNCCA et l'Isni initiateur de l'enquête) ont recueilli les réponses de près de 22.000 d'entre eux à un questionnaire en ligne entre le 31 janvier et 1er avril 2017. 

Les principaux enseignements à en tirer: 

D'après les résultats, 66,2% des personnes interrogées souffriraient d'anxiété, 27,7% seraient en dépression et les idées de suicide traverseraient 23,7% de ces jeunes médecins. Le surmenage explique en partie cet état dépressif, analyse Leslie Grichy, vice-présidente de l'Intersyndicale nationale des internes (ISNI). Par exemple, souligne cette future psychiatre, dans le service où elle travaille, "il n'y a qu'une infirmière pour vingt-sept patients, contre deux ou trois il y a dix ans."

La fatigue se fait donc ressentir "souvent", voire "très souvent", chez 74% des externes, internes ou chefs de clinique assistants et apparentés. "En resserrant le panel sur les 8.800 internes et apparentés assistants chefs de clinique, qui sont à plein temps à l'hôpital, indiquent le journal Les Echos, on peut constater que l'immense majorité travaille trop et ne se repose pas assez." Preuve en est : un tiers d'entre eux travaillent plus de 60 heures par semaine, et seuls 26% déclarent ne pas dépasser le plafond légal des 48 heures hebdomadaires.

Dans ces conditions, le risque de commettre des erreurs médicales s'en trouve accentué. D'autant que le repos de sécurité mis en place en 2002 n'est respecté qu'une fois sur deux. Cette disposition, rappelle le quotidien économique, oblige à s'arrêter 11 heures après avoir travaillé 24 heures d'affilées à leur poste.

A cela s'ajoute le contact permanent des jeunes blouses blanches avec la mort et la souffrance des patients, épreuves qui affectent leur moral, autant que les violences psychologiques dont elles sont victimes de la part de leurs supérieurs. Or, face aux brimades, un quart des jeunes sondés se disent "rarement" défendus, même "pas du tout", par leurs chefs. 

 

source: Afim 

Lu 451 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

30x30_Meyronneinc
30x30_nouveau_logo
30x30_CHRISTIAN_Grolier

Sécurité sociale : un budget 2018 contesté

le 17 oct., 2017 par Françoise Lemaulf`

30x30_Photo_Fran__oise_Lemaulf_cp
30x30_Andr__e_Thomas
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours