Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


Rapport sur la santé au travail: des syndicats très critiques

août 28

par Françoise Gauchet Theme: Santé & conditions de travail

Les  syndicats  ont réagi à la remise ce jour du  rapport Lecocq sur la santé au travail (évoqué dans ces colonnes la semaine dernière). La CGT, FO et Unsa ont émis les plus vives critiques sur les orientations qui préconisent un organisme national pour la coordination et un "guichet unique" par région pour accompagner les entreprises.

Pour la CGT, "Nous avons trop d'exemples en France d'institutions fusionnées avec des moyens réduits qui sont devenues des lieux de souffrance au travail avec pour conséquence une dégradation du service rendu".

Pour l'Unsa également, "ce rapport manque d'ambition pour la promotion de la santé des salariés et leur qualité de vie au travail"....et déplore que  aucun financement supplémentaire ne soit prévu.

La CFDT , dont un ancien secrétaire confédéral participait à la mission gouvernementale, le  nouveau cadre proposé "ouvre des perspectives pour répondre (aux) enjeux. A la condition toutefois que les partenaires sociaux puissent jouer pleinement leur rôle, tant au niveau national que régional"....

  Quand à  FO , elle craint "une étatisation au risque de déresponsabiliser les entreprises".

Notre confédération rappelle que les récentes contre-réformes – à l’instar de la disparition des CHSCT avec la fusion des institutions représentatives du personnel ou encore l’espacement et le changement de fond des visites médicales – ont considérablement affaibli des acteurs de proximité jouant un rôle crucial dans la prévention en entreprise.

Aussi  refuse-t-elle  que la prévention des risques professionnels soit abordée uniquement comme un coût et que la simplification du système ne serve qu’à respecter le dogme de la diminution de la dépense publique, au détriment de la santé et de la sécurité des travailleurs.

La fusion des différents acteurs concourant à la prévention de la santé au travail au sein d’une unique instance tripartite ne doit pas être un outil aux mains du gouvernement pour mettre à mort la gouvernance paritaire. Le paritarisme et la branche ATMP (accidents du travail-maladies professionnelles) sont aujourd’hui le seul mode de gestion apte à garantir une véritable démocratie sociale, et à générer des droits aux travailleurs financés en grande partie par leurs cotisations.

Dans son communiqué, la confédération  rappelle que la qualité des conditions de travail est un facteur déterminant en matière de prévention des risques professionnels, et souligne que tout investissement en prévention représente un coût largement moindre pour la collectivité que la réparation.

Force Ouvrière entend s’opposer à toute baisse de cotisations patronales ATMP qui serait la porte ouverte à une plus grande déresponsabilisation des chefs d’entreprise sur cette question essentielle de la santé au travail. Si la prévention doit être une priorité absolue pour laquelle les interlocuteurs sociaux sont mobilisés, elle doit rester de la responsabilité de l’employeur et ne peut, au motif de fusion des acteurs et des instances et d’universalisation, être transférée à chaque travailleur.

Car à en faire l’affaire de chacun, le risque est que la prévention ne soit réellement l’affaire de personne : un pas de plus dans l’individualisation et la « déprotection » … 

Le thème de la santé au travail sera abordé à partir de mercredi à Matignon, où le Premier ministre recevra tour à tour les partenaires sociaux qui sont d'ailleurs  demandeurs de discussions sur ce sujet dans les prochaines semaines. 

"Une négociation interprofessionnelle dont le champ reste à fixer pourrait se tenir sur la base de ces orientations", a annoncé le Premier Ministre dans un communiqué. ...à suivre !

Lu 551 fois 1 commentaire

1 commentaire

30x30_IMG_6941

20 jours

en complément

par Denis Garnier

Pour tenter d'y voir du mieux, je pense que tout n'est pas à jeter. Mes critiques prospectives sont dans cet article: Bien sur les intentions du Gouvernement seront sans doute de récupérer des moyens pour faire autre chose. Aux syndicats de se mobiliser dans la concertation pour que ceci n'arrive pas et pour cela il faudra faire des propositions alternatives. C'est l'objet de mon article: http://www.miroirsocial.com/actualite/16223/rapport-lecocq-sur-la-sante-au-travail-du-bon-du-flou-et-des-propositions-alternatives

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire