Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Imprimer


Dossier Amiante à Bercy: que d'atermoiements et de tergiversations depuis plus de 25 ans !

sept. 18

par Françoise Gauchet Themes: Santé & conditions de travail, Sécurité

Un nouuveau Groupe de travail ministériel sur l'amiante s'est tenu en fin de semaine à Bercy...un Nième de plus depuis plues de 25 ans..!! 

Les fédérations syndicales  Solidaires -CGT-FO-CFDT-UNSA/CFTC ont certes salué jusqu’au printemps 2018, les avancées ministérielles qui semblaient se faire jour dans le domaine de l’amiante : 

-accélération de la mise à jour des Dossiers Techniques Amiante,

-engagements sur la signalétique,-délivrance sur certains sites et à certains agents exposés de certificats de présence et d’attestations d’exposition,

-mise à jour et enrichissement du guide ministériel travaux,

-diffusion d’une fiche de première urgence en cas de diffusion accidentelle de poussières lors de chantiers. 

Mais le  rapport  de l'IGAS, son contenu mensonger, diffamatoire nous ont interrogé et le lourd silence des Ministres nous questionne encore. 

De ce point de vue, elles considèrent que l’attitude de l’administration, dans les jours qui viennent, sur le traitement des demandes de reconnaissance des maladies professionnelles sera pour nous un test important. Et de réclamer encore et toujours l’engagement des Ministres pour le classement du Tripode en site amianté. 

Nous attendions donc le document d’orientations promis pour ce groupe de travail avec impatience. Allait-il nous lister des engagements fermes issus des bonnes résolutions qui nous avaient été annoncées ? 

Que lisons-nous dans le document qui nous a été remis ? Beaucoup de bons voeux, de réflexions sympathiques, de promesses vagues, de bons mots. Mais n’avons-nous pas été déjà destinataires de ce genre de documents par le passé ? Hélas bien trop souvent. Où y a-t-il un engagement budgétaire, technique, de politique de réparation pour les agents exposés ? Nulle part ! Qu’avions-nous réclamé ? D’abord en termes de prévention pour éviter de nouvelles contaminations d’agents ? 

Ce qui veut dire : 

- que soit priorisée dans la politique immobilière la préoccupation amiante. Un exemple en est la demande d’abandon par Finances Publiques de ses bâtiments Pailleron. Elle est discutée depuis 10 ans.Sans succès à ce jour ! 

- que les dispositifs de travaux comportant des interventions sur les matériaux amiantés soient réellement sécurisés ;

 - que les personnels et leurs représentants soient pleinement associés à tous les stades de ces travaux ; Et tout simplement, que les préconisations du guide soient déjà considérées comme obligatoires par tous les acteurs des Directions et de Bercy, ce qui est très loin d’être le cas. 

Ensuite dans le recensement des agents exposés et l’attribution des droits qui leur sont ouverts : traçabilité de leur exposition par des attestations correspondantes ; suivi médical professionnel, post exposition, post professionnel.

Et enfin concernant la réparation : on ne constate guère d’amélioration dans l’attitude des administrations à l’égard des agents atteints de maladies liées à l’amiante. Les propositions en matière de commission de réforme centrale pour les agents Tripode en sont la claire illustration. 

Avec l’esprit constructif qui caractérise nos fédérations syndicales, nous avons proposé malgré notre très grande déception à la lecture du document, d’aborder les dossiers amiante à partir des expériences que vivent les personnels dans les services :

 - Quel budget pour le désamiantage en 2018- 2019 ?- Combien de Paillerons abandonnées dans ce délai ?

- Quel est le résultat de l’alerte que nous avions lancé voici un an sur l’état des systèmes de désenfumage (cité administrative de Lyon par exemple) ?

- Que nous apprennent les problèmes survenus sur la mise à jour du DTA de la Tour de Bretagne et quelles mesures en tirer pour en finir avec l’impunité des prestataires ?

- Que nous apprennent les errements successifs du désamiantage de la DR de l’INSEE à Marseille ?

- Quels engagementsserons pris pour que dans 15 mois, fin 2019, ces dysfonctionnements soient bannis de notre ministère ?

- Comment assurer aux agents contaminés et malades une réparation sans obstacles administratifs multipliés ?

 Le cas de la commission de réforme centrale pour les agents Tripode serait pour nous un bon indicateur de cette volonté, mais nous avons d’autres collègues qui sont en demande, en particulier les personnels ouvriers et de service, dans toutes les administrations de Bercy et en Centrale. 

Suite à ce rappel des revendications syndicales la Secrétaire Générale  de Bercy a précisé qu’une nouvelle version des « orientations ministérielles/amiante » sera proposée lors d’un nouveau groupe de travail... Toutefois, aucune date ne nous a été proposé pour cette réunion.... c'est dire!!!  

Et, lors de la rencontre de début de semaine avec M. Darmanin...toujours rien de nouveau...!!!

Après la publication du rapport de l’IGAS, le ministre a renvoyé à un arbitrage au niveau du Premier Ministre, pour la reconnaissance du Tripode en site amianté.

Une nouvelle fois, les autorités se renvoient la responsabilité de la décision sur un dossier qui dure depuis des décennies ! Pour les victimes de l’amiante, c’est intolérable ! 

 


Pour mémoire quelques élements sur le "fameux" dossier du Tripode de Nantes:   

Ce sont 1 800 agents INSEE + Impôts + Comptabilité Publique  et MAE ( Affaires Etrangères) de l’époque ont travaillé de 1972 à  1993 au Tripode de Nantes.

En 1993 : l'immeuble est enfin évacué  et  ensuite détruit le 27 février 2005 après avoir été entièrement désamianté…

Tant sur le terrain qu’au niveau Fédéral  nous avons depuis le début, défendus les agents concernés qui ont été fortement exposés à l’amiante… et nous ne sommes sûrement pas au bout de nos peines... un vrai scandale ! 

Lu 319 fois Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire