Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Interviews

FirstPrevious 1  2  3  4  5 NextLast

sept 24 2015

« Nous voulons aborder le religieux dans le cadre de la question de l’organisation du travail » - Alain Alphon-Layre, CGT

Par Audrey Minart () Thème: Santé & conditions de travail

« Nous voulons aborder le religieux dans le cadre de la question de l’organisation du travail » - Alain Alphon-Layre, CGT Alain Alphon-Layre est l’ex-secrétaire régional de la CGT pour le Languedoc-Roussillon, et siège actuellement au sein de la commission exécutive nationale du syndicat. Il a participé aux travaux d’Astrees sur le religieux au travail, démarrés début 2014, qui ont récemment donné lieu à la publication d’une note. Selon lui, il serait nécessaire de discuter de ces questions, notamment dans les organisations syndicales, en les liant à l’organisation du travail.

sept 22 2015

« Le déni de reconnaissance des fonctions support est une source de fragilité pour les salariés » - Valérie Perot, AEPACT

Par Rodolphe Helderlé (MiroirSocial) Thème: Santé & conditions de travail

« Le déni de reconnaissance des fonctions support est une source de fragilité pour les salariés  » - Valérie Perot, AEPACT Dans une entreprise, le déni de reconnaissance concerne des métiers et donc des collectifs, considère Valérie Perot, dirigeante du cabinet AEPACT, qui souligne à quel point les salariés des fonctions support sont les oubliés de la chaîne de valeurs. De quoi mettre en défaut l’obligation des employeurs de garantir leur employabilité.

sept 17 2015

« II faut favoriser la naissance d’un droit de l’activité professionnelle qui transcenderait le droit du travail »

Par Audrey Minart () Thème: Dialogue social

« II faut favoriser la naissance d’un droit de l’activité professionnelle qui transcenderait le droit du travail » Spécialiste du droit du travail, Jacques Barthélémy est co-auteur, avec l’économiste Gilbert Cette, du rapport commandé par Terra Nova sur la réforme du droit du travail. Outre la proposition de donner plus de poids aux négociations collectives, permettant d’adapter davantage le droit du travail aux réalités actuelles du monde du travail, le juriste défend l’idée d’un élargissement du principe des négociations collectives aux travailleurs « économiquement dépendants » mais pas forcément salariés.

sept 15 2015

« Personne ne peut soutenir que nous avons versé des fonds aux syndicats ! » - Gisèle Lapouméroulie, vice-présidente de la Crepa

Par Robin Carcan (Journaliste - @rcarcan Encadence.blog.lemonde.fr) Thèmes: Dialogue social, Protection sociale

« Personne ne peut soutenir que nous avons versé des fonds aux syndicats ! » - Gisèle Lapouméroulie, vice-présidente de la Crepa Institution de prévoyance de la branche professionnelle qui règle les rapports entre les avocats et leur personnel, la CREPA compte 12 705 entreprises adhérentes, 40 525 cotisants et 15 000 bénéficiaires. Le montant total des cotisations annuelles des adhérents est environ 100 millions d’euros. Présidente jusqu’en juin 2015 et aujourd'hui vice-présidente, Gisèle Lapouméroulie revient sur les nombreuses accusations formulées à l'encontre de la CREPA et de la gestion du paritarisme.

sept 15 2015

« Le syndicalisme européen est un acteur institutionnel ; ce n’est pas un mouvement transnational », Claude-Emmanuel Triomphe

Par Rodolphe Helderlé (MiroirSocial) Thème: Dialogue social

« Le syndicalisme européen est un acteur institutionnel ; ce n’est pas un mouvement transnational », Claude-Emmanuel Triomphe Du 29 septembre au 2 octobre, la Confédération européenne des syndicats (CES) tient son 13ème congrès à Paris. Où en est le syndicalisme européen ? Réponses avec Claude-Emmanuel Triomphe, délégué général d’ASTREES, une association qui « éclaire les transformations du travail et de l’emploi en France et en Europe ». Le constat est sombre sur la capacité des syndicats à dépasser les enjeux nationaux. Dans la même logique, le mouvement de création des comités d’entreprise européen est bloqué.

sept 08 2015

« Tous les assureurs vont devoir être capables d’adapter leurs contrats santé sur la durée en fonction des obligations d’assurance négociées par chaque branche » - Jérôme Bonizec, DG d’Adeis

Par Rodolphe Helderlé (MiroirSocial) Thème: Protection sociale

« Tous les assureurs vont devoir être capables d’adapter leurs contrats santé sur la durée en fonction des obligations d’assurance négociées par chaque branche » - Jérôme Bonizec, DG d’Adeis Le modèle de la recommandation par les branches des acteurs de la complémentaire santé a radicalement modifié l’approche commerciale d’Adeis, le service « développement des accords de branche » d’Humanis, Apicil, Ciprev et Ipsec. La recommandation est un avantage concurrentiel qui n’empêche pas les « non-recommandés » de vendre des offres standardisées sur le terrain. D’ou l’intégration d’une rémunération variable pour des commerciaux porteurs d’offres spécifiques qui suivront les évolutions de chaque régime de branche pour rester en conformité. Une « maintenance » potentiellement lourde au regard du dynamisme des négociations dans les branches en matière de frais de santé. Pour Jérôme Bonizec, directeur général d’Adeis, il y a aura déjà des contrats non conformes au 1er janvier 2016.

sept 03 2015

« La question de la reconnaissance au travail n’est pas facile à porter pour un responsable syndical » - Michel Wieviorka, sociologue

Par Audrey Minart () Thème: Recherche & innovation

« La question de la reconnaissance au travail n’est pas facile à porter pour un responsable syndical » -  Michel Wieviorka, sociologue Michel Wieviorka, sociologue notamment spécialiste des mouvements sociaux (EHESS/CADIS), a participé à une enquête de trois ans auprès de salariés, syndicalistes et cadres dirigeants, dont les résultats ont été exposés dans un ouvrage collectif : Travailler au XXIe siècle, des salariés en quête de reconnaissance. Selon lui, le thème de la reconnaissance, aujourd’hui incontournable dans le monde du travail, serait difficile à porter par les syndicats car cela sous entend une approche de plus en plus fine, individu par individu…

sept 01 2015

« La direction mesure, la plupart du temps, l’intérêt qu’il y a pour l’entreprise à reconnaître ses torts dans un processus amiable » - Dominique Démaret, Futur Antérieur

Par Robin Carcan (Journaliste - @rcarcan Encadence.blog.lemonde.fr) Thème: Emplois & compétences

« La direction mesure, la plupart du temps, l’intérêt qu’il y a pour l’entreprise à reconnaître ses torts dans un processus amiable » - Dominique Démaret, Futur Antérieur À la tête du cabinet Futur Antérieur, Dominique Démaret conseille des salariés en souffrance dans le cadre de ruptures conventionnelles. Un accompagnement individuel qui se nourrit de missions impliquant à la fois représentants du CHSCT et de la direction pour réellement améliorer les conditions de travail.

août 27 2015

Un réseau de médecins généralistes remonte aux situations de travail qui rendent malade

Par Audrey Minart () Thème: Santé & conditions de travail

Un réseau de médecins généralistes remonte aux situations de travail qui rendent malade Marc Andéol est le coordinateur de l’Association médicale pour la prise en charge des maladies éliminables (APCME), au sein de laquelle une quinzaine de médecins généralistes s’emploie depuis 2001 à identifier avec désormais 1 100 patients les troubles imputables au milieu de travail. Le réseau localisé sur le bassin industriel de Fos et de l’étang de Berre cartographie les risques sur ce territoire grâce à un système d’information concret (SIC), une mémoire informatisée qui voudrait relier ceux qui travaillent à leurs médecins généralistes, mais aussi aux services décentralisés de l’État et aux représentants de CHSCT. Le développement de l’approche qui se veut préventive se heurte à de nombreux freins, notamment au poids de la logique indemnitaire des maladies professionnelles et des accidents du travail.

juil 28 2015

« La complexité du Code du travail est une fausse question » - Cyril Wolmark, professeur de droit

Par Audrey Minart () Thème: Santé & conditions de travail

« La complexité du Code du travail est une fausse question » - Cyril Wolmark, professeur de droit Dans leur ouvrage « Le Travail et la Loi » (Fayard), Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen invitent à simplifier le Code du travail, pour en faciliter sa compréhension et ainsi faciliter l’embauche. Ils ne se focalisent cependant que sur le droit des contrats de travail… Qu’en serait-il s'il s'agissait de simplifier la responsabilité de l’employeur en matière de santé au travail, qui fait aussi partie du Code ? Quelques réponses de Cyril Wolmark, professeur de droit à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, et spécialiste du droit du travail.
FirstPrevious 1  2  3  4  5 NextLast


La vie du réseau

Annuaire