Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Groupes de Discussions » Quels apports des livres et des recherches sur l'amélioration de la santé au travail ? » Quels ont été les apports des livres sur la santé au travail qui vous avez lu ?

Quels ont été les apports des livres sur la santé au travail qui vous avez lu ?

30x30_5361343724_fdfddf02c9_z.000
Rodolphe Helderlé le 21/11/11 à 10:31

Un bon livre permet-il d'optimiser le pilotage des intervenants extérieurs ?
Quel est le bon équilibre entre le conceptuel et l'opérationnel dans un livre ?

En quoi, certains ouvrages ont-ils été déceptifs ?

Pour pouvoir participer Rejoignez-nous! ou si vous êtes déjà membre, connectez-vous.

30x30_photo

Laurent Samson le 10/12/11 à 18:07

livres santé au travail

En tant que "vieil" intervenant en santé au travail j'ai été marqué par 

- les risques du travail (collectif). La Découverte 1983. Remarquable ouvrage écrit par une centaine de contributeurs pluridisciplinaires. Les risques par secteur d'activité. On y parlait déjà du stress dans c

Avatar

Gérard Neyret le 02/12/11 à 11:22

Dangerosité de la maintenance dans le secteur agricole

A mon avis, ce qui m'a le plus marqué est la lecture d'une étude de l'Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail, dans le cadre de sa campagne 2010/2011 "Pour une maintenance plus sûre" , sur un problème insuffisamment connu: la dangerosité de la maintenance dans le secteur agricole (moyenne européenne: 3 fois plus d'accidents mortels que la moyenne européenne générale): le matériel y est de plus en plus puissant et sophistiqué, mais les agriculteurs doivent souvent se débrouiller seuls.
30x30_IMG_6941

Denis Garnier le 23/11/11 à 00:00

pourquoi écrire?

Pour répondre à la question originelle,  l'apport des livres que j'ai lu sur la santé au travail ont été des supports indispensables à la compréhension du réel et à l'écriture de mes deux premiers livres. Je ne l'ai pas fait pour le pilotage des intervenants extérieurs!Mais pour transmettre à d'autres la combinaison justement de ce que j'ai compris du conceptuel et de ce que je sais de l'opérationnel.

Mais c'est difficile d'écrire lorsque comme moi on est un ouvrier, observateur, lecteur, et qu'il faut rassembler des éléments d'une manière cohérente et compréhensible pour que d'autres puissent se les approprier et comprendre à leur tour. Et puis si l'on est pas sociologue, scientifique, chercheur, professeur, avocat, homme politique ou plilosophe, il faut reconnaitre que nous ne sommes pas aidés, nous les auteurs-ouvriers. Un clavier, un écran, une imprimante et c'est tout! Nous n'avons même pas le droit à une correction de qualité alors que pour le moins nous mériterions encore davantage d'aide que d'autres. Soit!

Enfin, les ouvrages déceptifs sont souvent ceux qui annoncent un sujet et qui le survole sans profondeur. Ou alors, des récits sans fil conducteur, sans guide, sans maitre. Le déceptif, c'est celui qui ne m'apprend rien alors que j'ai tellement à apprendre. Je veux rester un éternel élève.

 


Avatar

Anne Larinier le 21/11/11 à 21:01

santé au travail et pilotage d'intervenants extérieurs

Ma première interrogation concerne le rapport entre la santé au travail et les intervenants extérieurs.... La santé au travail n'évoluera que si et seulement si le travail est fait en interne avec un pilotage interne et une volonté affichée des directions générales. Que l'on ait recours à des intervenants extérieurs pour exploiter une enquête pourquoi pas, à condition que l'enquête soit adaptée à la culture de l'entreprise, que l'on ait recours à des formateurs pour soutenir la démarche et former paritairement l'encadrement et les représentants du personnel pourquoi pas... la santé au travail n'est pas pour moi un dossier de plus, mais une manière différente de traiter l'ensemble des dossiers de l'entreprise....
30x30_5361343724_fdfddf02c9_z.000

Rodolphe Helderlé le 22/11/11 à 15:57

Approche globale

Une partie des ouvrages sélectionnés dans le Prix porte justement sur cette approche globale...stratégique. Sauf que le dialogue sociale est encore trop stratifié. Les livres écrits par des "internes" sont très rares et c'est vraiment révélateur d'un manque d'appropriation.
30x30_IMG_6941

Denis Garnier le 23/11/11 à 00:10

Approche globale

Je ne sais pas si c'est trés rare. Ce que je peux dire c'est que c'est trés difficile pour un "interne". Ce n'est pas forcément un manque d'appropriation, mais une réelle difficulté à trouver un éditeur qui veuille bien s'intéresser à un "sans nom" sans CV ronflant! Alors n'émerge que les "ogistes", "ologues", les "eurs" mais pas beaucoup d'ouvriers!

Faites un prix pour les illustres inconnus, les sans diplômes, les sans rien, pour les témoins. Si le dialogue social est stratifié, c'est que les strates sont bien réelles. Comment peut-on comparer un livre d'un chercheur dont c'est le métier avec un ouvrier qui n'écrit que le soir le WE et les vacances ? Une strate ? Un gouffre !


30x30_victor_waknine_1

Victor Waknine le 23/11/11 à 19:56

Fausse Route ou erreur de ciblage

Encore une heureuse initiative généreuse , faire des livres que personne ne lira à part les auteurs et qq relations.

La bible a été lue et continue à se lire par des milliards de gens et pourtant on continue les massacres en tout genre.

mais il ne faut pas désespérer si cela peut faire planter qq germes de bon sens pour les futurs dirigeants de 2030.

Pour les barbares d'auj, nos élites de la RGPP et PDG qui n'ont que le LEAN ,  l'EBIT et la performance gestionnaire au bout des doigts et de leur nez, il faut des chiffres, de l'objectif.

Combien cela coûte le Bien Etre au Travail et combien cela peut il me rapporter?, le reste c'est du mou et des réunions et de la souffrance malheureusement.

 Mais c'est surtout de la non performance que cela génère , avec cette approche socio-économique, on arrivera peut être à en faire changer qq %, c'est mieux que zéro.


30x30_IMG_6941

Denis Garnier le 24/11/11 à 21:01

Fausse Route ou erreur de ciblage

L'écriture n'est pas seulement pour moi une "heureuse initiative généreuse que personne ne lira". Le nombre de lecteur est important peut-être, bien sûr, peut-être en serez-vous (?), mais l'écriture m'a déjà permis de sédimenter et d'organiser des savoirs épars au point d'en faire des raisonnements. Ce n'est pas si mal. Si vous partez de la bible pour observer nos jours actuels, reconnaissez que les arènes ont changé de formes, que les seigneurs ne sont plus les mêmes, et que les victimes sont toujours plus ou moins consentantes. L'arène est une planète, les seigneurs des argentiers et les victimes continuent d'applaudir dans une démocratie essorée.

Lisez mon premier livre "Libérez-vous! De l'économie contre le travail". L'espoir ne pourra naître que de l'émancipation du plus grand nombre. Mon livre en convaincra peut-être cent ? Et alors, si ces cent en font autant. Et alors en 2030, date de prédilection de J.M. Keynes pour l'évolution de la bonne perception des vrais valeur, les acteurs aux manettes seront obligés de revenir à l'homme.

Comme disait ma regrettée mère, laissez-moi rêver, c'est le seul luxe que je puisse me permettre.


30x30_5361343724_fdfddf02c9_z.000

Rodolphe Helderlé le 24/11/11 à 19:50

Lectorat

Je ne doute pas que tu comptes parmi les lecteurs de quelques ouvrages sur la performance sociétale. Ca peut pas faire de mal.
30x30_victor_waknine_1

Victor Waknine le 24/11/11 à 23:03

Lectorat

oui evidemment, cela permet d'enrichir sa démarche surtout en croisant et diversifiant les lectures.

 Sur ce thème d'ailleurs, mon IBET a puisé dans des livres aussi divers que /La socio-économie, la mécanique quantique, la systémique,le talmud, le guide des égarés, Atlan  et Morin et la théorie du désordre du vivant, la psychanalyse, la dynamique des organisations , la sociologie organisationnelle, le traité des principes, Einstein, Camus et qq autres dont la Bible.

Le livre comme catalyseur d'émancipation, certes sauf pour les détenteurs du pouvoir qui ont d'autres objectifs

Mais surtout comme disait Anne Franck "il n'est jamais trop tôt pour changer le monde" et les livres y contribuent


Page courante: 1


La vie du réseau

Annuaire