Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Comment une direction de Bercy a bataillé pour faire revenir... Microsoft

mars 11 2014

Thèmes: Formation, Santé & conditions de travail

La grande « méchante » suite bureautique de logiciels propriétaires de Microsoft a fait son retour tout récemment au sein de la DNVI (direction nationale des vérifications internationales). Un coup de volant surprenant au sein de l'administration, qui migre depuis des années vers le logiciel libre, pour des raisons à la fois politique et économique. Solidaires finances publiques raconte comment un drôle de grain de sable a grippé ce vaste mouvement migratoire.

 

Données différentes

En septembre dernier, la DNVI (500 agent, dont 400 vérificateurs) migre vers le système Windows 7 et à cette occasion, la direction des systèmes d'information de Bercy en profite pour faire passer les vérificateurs à la suite bureautique LibreOffice *. Sur le principe, cela a du sens, mais dans les faits, c'est la catastrophe, d'autant que les agents de la DNVI doivent débusquer la fraude fiscale de haute volée.

Les problèmes rapportés par Solidaires parlent d'eux-mêmes :

  • les calculs effectués dans Excel ne sont pas toujours identiques dans Calc, notamment dès qu'il y a utilisation de bases de données ;

  • les formules complexes créées sous Excel sont parfois détruites lors de leur utilisation sous Libre Office etc.

Siège de la DSI

Bref, des données n'apparaissent pas de façon identique entre la version sous Excel envoyée par les grandes entreprises et la version sous Calc (Libre Office) utilisée alors par les vérificateurs (sans oublier les documents impossibles à ouvrir). Plutôt fâcheux, vu la complexité des informations à récolter pour des contrôles de grands groupes aux ramifications étrangères.

En octobre, le syndicat lance une pétition pour « le rétablissement sans délai de Word et Excel sur les postes de travail ». Fin décembre, après des semaines de réunion, la DSI de Bercy accède à la demande des agents... Le retour de Word et Excel 2013 sur les postes de travail. Une contre-publicité au modèle du logiciel libre.

 

* LibreOffice est le nom du projet « open source » qui a pris le relais d'OpenOffice.org, suite au rachat de Sun Microsystems par Oracle.

Partager : Lu 5750 fois
2 commentaires

2 commentaires

Avatar

plus de 3 ans

Contre-publicité ou contre-information ?

par Liar Liar

"Une contre-publicité au modèle du logiciel libre." Je ne peux pas vous laisser écrire cela sans réagir!!! NON CE N'EST PAS UNE CONTRE-PUBLICITÉ POUR LE LIBRE !!! C'EST SIMPLEMENT LA PREUVE DU LAVAGE DE CERVEAU INCROYABLE DONT LES EMPLOYÉS DES INSTITUTIONS/ENTREPRISES SONT VICTIMES !!! Je m'explique : L'idée derrière le passage des institutions aux suites bureautiques libres n'était pas uniquement économique. Il visait aussi à permettre de générer des documents pérennes, que l'on pourrait toujours ouvrir dans 10/20/50/100 ans, ce qui n'est pas le cas actuellement avec les fichiers créés par les suites bureautique privatives comme MS Office. Cela a aussi pour conséquence de gagner en indépendance vis-à-vis d'entreprises privées américaines. En effet, qui dit utilisation de formats .doc/.xls/.ppt, dit enfermement dans un format fermé, donc obligation d'acheter les logiciels Microsoft pour les manipuler. D'autant que, vu leur modèle économique fondé sur l'obsolescence programmée, un tel choix force les institutions à participer à la course à la dernière version logicielle, donc aussi à la course au dernier matériel, même si en réalité, elles n'en ont aucun besoin (depuis quand faut-il un octocore avec plus de 4Go de RAM et 2To de DD et une carte vidéo 3D pour faire de la bureautique ???)... J'en ai fini avec le problème qu'on essayait de résoudre.... Maintenant passons à la non-solution trouvée du retour à la suite M$ : La solution la plus simple, économique et viable sur le long terme pour tous aurait été très simple : demander aux entreprises de fournir un fichier dans un format ouvert, par exemple, le .ods. En effet, les suites Open/Libre office étant libres et gratuites et les formats qu'elles utilisent ouverts et documentés, n'importe qui peut les télécharger, les copier, les installer et les utiliser librement et gratuitement. Il n'est absolument pas abérrant qu'un État contraigne les entreprises/concitoyens de son territoire à utiliser de tels formats et outils. D'une part, d'un point de vue social, ça aurait encouragé ces mêmes entreprises à se défaire elles-mêmes de l'emprise des produit M$, ce qui ne peut qu'être positif. D'autre part, cela aurait garanti que les fameux "calculs/formules complexes" arrivent correctement à destination (ce qui n'est pas forcément le cas, même en restant dans le cadre de produits M$ *), car le peu de travail qu'aurait demandé une éventuelle conversion des fichiers propriétaires auraient été fait par les personnes ayant connaissance du résultat souhaité. À l'inverse, revenir à la suite M$ implique de re-rentrer *intégralement* dans le système fermé (la fameuse "prison dorée"), puisqu'on ne peut pas y rentrer qu'à moitié. (*) Pour terminer, petites questions pour rigoler : - Qu'en est-il de l'ouverture de ces mêmes "calculs/formules complexes" par les services fiscaux avec une version différente des produits de M$ de celle utilisée par les entreprises ? Par exemple, Excel 98 ou 2010 ou 2013 donne exactement les mêmes résultats et ne fait disparaître aucune formules??? Qu'en est-il avec un document créé sur Mac ? - Pour information : Excel jusqu'au moins la version 2010 utilise des façon de représenter les nombres ou les dates et des façons de calculer certaines fonctions qui sont erronnées et retournent des valeurs d'autant plus fausses : http://www.analyticbridge.com/profiles/blogs/comprehensive-list-of-excel-errors-inaccuracies-and-use-of-wrong- Alors, est-ce si grave si Open/Libre Office donne d'autres résultats (corrects, ceux-ci) ???? Alors, est-ce que vous croyez encore le problème est réellement un problème de logiciel libre ou de formattage des gens et des institutions par le lobbying aggressif d'une grosse boîte américaine ???

30x30_Photo_Twitt_big

plus de 3 ans

Un logiciel peut être libre, le commentaire aussi...

par Robin Carcan

Et c'est tant mieux! Le mouvement de migration de l'administration française vers le ''libre'' a démarré depuis des années comme vous devez le savoir. Effectivement, la raison en est autant politique qu'économique. Quoique, désormais... Je pense que cette ''contre-publicité'' née des mésaventures de Calc et Writer de Libre Office au sein de la DNVI est épiphénoménale dans cette marche, en tout cas, ne concerne que le cas évoqué (et sans être rentré dans des points techniques). Il serait dommage de le percevoir comme un revirement généralisé, voire une charge contre le ''libre'' - ce qui n'est pas le cas. Ce problème montre comment deux outils (logiciel libre vs. propriétaire) doivent parfois difficilement cohabiter sur le terrain, les enjeux sous-jacents n'étant ici pas minces : les agents de la DNVI sont notamment chargés de prévenir/détecter la fraude fiscale de haute volée. Rien n'empêche d'imaginer que des grands groupes internationaux utiliseront un jour des suites bureautiques ''libres''. Cordialement,

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

30x30_BeauIMG_8312__2_
30x30_LOGO_CIRIEC

Faux avis sur le Net : ça ne s’arrange pas

le 23 oct., 2017 par Françoise Lagouanere`

30x30_Logo_CCRF

Conflits : La grève dans les transports aériens

le 23 oct., 2017 par Didier Porte`

30x30_photo_didier
30x30__DSF2956_Grasset
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours

Accèder à l'ensemble des discussions »