Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


L'ouvrage d'un conducteur du RER A primé par le Toit Citoyen

févr 26 2014

Thème: %1

Ressources

Sources

Mesdames et Messieurs, votre attention s'il vous plaît ! de Cédric Gentil (éditions Plon) a été récompensé le 14 février par l'association le Toit Citoyen dans la catégorie « meilleur ouvrage sur le monde du travail ».

L'histoire> Pour la première fois, un conducteur de RER dévoile l'envers du décor. Depuis son poste de pilotage, Cédric Gentil explique ce qui se cache derrière les retards, les « incidents techniques », les « voyageurs malades » et autres « avaries » qui empoisonnent le quotidien et suscitent la colère des usagers. Mais il raconte aussi sa hantise des suicides sur les voies, ses relations avec les passagers, ce qu'il voudrait leur dire lorsqu'il fait des annonces, la solitude de la cabine, comme ce 31 décembre passé seul à conduire un train sans voyageurs. Au fil des pages, on comprend mieux le fonctionnement de cette immense machinerie, qui, avec Cédric Gentil, prend enfin un visage humain.


C'est à l’occasion de Salons CE Paris, le salon national des élus de CE et des représentants du personnel, que le Toit Citoyen a remis ses prix des meilleurs ouvrages sur le monde du travail, par le biais de Jean Auroux, ancien ministre du Travail et président des jurys. L’événement est soutenu principalement par le  groupe Alpha, le magazine Social CE et les salons CE.

Dans la catégorie « ouvrage écrit par un expert », la distinction va à l'ouvrage Le travail invisible de Pierre-Yves Gomez (Éditions François Bourin), où l'esprit de rente est devenu l'opium du peuple.

L'histoire> Voilà trente ans que l’on nous fait la promesse d’une société où l’on ne travaillerait plus. Une société ludique, des loisirs sans fin, des subventions faciles, de l’oisiveté aristocratique, une société dont la devise serait « du pain et des jeux ». L’esprit de rente est l’opium du peuple. Un puissant narcotique pour gouverner une société indolente où des magiciens divertissent les travailleurs et les font disparaître. Pendant ce temps, les nouveaux capitaines du monde ont imposé leurs cartes, leurs mesures et leurs desseins grâce à un savoir mystérieux et terriblement efficace, « la finance ». Ils nous ont fait croire qu’on pouvait créer de la valeur à partir de rien et le piège spéculatif s’est refermé sur nous. Mais la solution se profile déjà. La crise montre que les travailleurs aspirent à être reconnus comme des sujets et non de simples opérateurs. Dans la vie réelle, le travail peut être pénible et fatiguant, mais il est aussi stimulant et enrichissant. Dans la vie réelle, le travail est vivant.


« Cette 4ème édition illustre notre volonté de marquer notre esprit d’ouverture sur l’actualité et sur le monde social et, par sa dimension prospective, faire avancer le monde du travail », a expliqué Jean Auroux. Patrick Gobert, président du Toit Citoyen, a ajouté : « Ce prix a l’ambition de récompenser des livres qui montrent les mutations du monde du travail, réinventent le travail de demain ou partagent une expérience professionnelle ».

Club d’élus représentants des salariés (IRP) créé en 2005, le Toit Citoyen est devenu itinérant après la fermeture du toit de la Grande Arche de la Défense. Il propose à ses membres (400 au total) de se retrouver chaque mois au cours d’une journée citoyenne où ils rencontrent des personnalités du monde social, économique, politique ou culturel et d’autres élus de CE avec qui ils partagent des expériences, s’informent et se forment grâce à des conférences et des ateliers pratiques sur le monde du travail.

Analyser les mutations du monde

Les livres sur le monde du travail, de plus en plus nombreux, enrichissent la réflexion de ses acteurs. C’est pourquoi l'association a lancé un prix annuel en 2011. Pour participer, les livres doivent analyser les mutations du monde du travail en abordant des thèmes variés : le développement durable et les nouvelles approches (la prévention des risques psycho-sociaux, le bien-être au travail…) ; l’intégration des personnes en situation de handicap ; les conséquences des nouvelles technologies sur les modes de production…

Les lauréats sont désignés par deux jurys présidés par Jean Auroux, ancien Ministre du Travail et auteur des lois éponymes.

• Le meilleur ouvrage écrit par un salarié ou un représentant des salariés est sélectionné par un jury composé de 7 membres du Toit Citoyen. Ils sont secrétaires, trésoriers, élus ou délégués syndicaux. Leur choix tient compte du réalisme du témoignage, de l’apport de connaissances sur le monde du travail et de solutions pour surmonter les difficultés rencontrées par les salariés :

Sodexo CCE, Philippe Besson ; IB Cegos, Sylvie Gobin ; Sodexo Services avantages et récompenses, Patrick Guilbault ; Monier (anciennement Lafarge Couverture), Anne-Marie Basque ; Aster, Jean-Michel Socrier ; EDF SA Direction des services partagés, Charles Gouillard ; Covance, Sonia Schaeffer.

Les autres participants :

Ø  Debout !, de Dominique Sentis, éditions Cogito ergo sum, novembre 2012 ;

Ø   Le livre noir de la poste, de Thomas Barba, éditions Jean-Claude Gawsewitch, janvier 2013 ;

Ø  Un engagement ouvrier, de Joël Biard, éditions de l'Atelier, mars 2013 ;

Ø   Ne lâchons rien, d'Edouard Martin, éditions Le Cherche-Midi, avril 2013 ;

Ø   Quand le travail vous tue, d'Aude Selly, éditions Maxima, mai 2013.


• Le meilleur ouvrage écrit par un expert est sélectionné par un jury de personnalités reconnues pour leur analyse sur le monde du travail. Les ouvrages présentés doivent être écrits par un expert : sociologue, psychologue, médecin du travail, un journaliste ou une personnalité politique :

Ciruela Barreto, rédactrice en chef du magazine Social CE ; Antoine Bevort, sociologue du travail et professeur au Conservatoire national des arts et métiers ; Philippe Duport, journaliste, animateur de la chronique « C’est mon boulot » sur France Info ; Pierre Ferracci, président du groupe Alpha ; Olivier Khatchikian, avocat en droit du travail ; Marie Pezé, psychanalyste, créatrice de la première consultation sur la souffrance au travail ; Bernard Vivier, directeur de l’Institut Supérieur du Travail.

Les autres participants :

Ø  La force de la différence, de Norbert Alter, éditions PUF, octobre 2012 ;

Ø  La génération Y dans l'entreprise, collectif, éditions Pearson, octobre 2012 ;

Ø  Précarisés, pas démotivés !,  de Michel Vakaloulis, éditions de l'Atelier, février 2013 ;

Ø  Ils travaillent au noir, de Hubert Prolongeau, éditions Robert Laffont, avril 2013 ;

Ø  Travailler pour soi, de Denis Pennel, éditions du Seuil, septembre 2013.

 

Partager : Lu 2125 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire