Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Conditions de travail : la France doit mieux faire

La fête du travail est l’occasion de faire le point sur la situation des conditions de travail. La position défavorable de la France et de ses entreprises n’est pas une fatalité : d’autres pays, proches de nous sur les plans culturel et économique, ont réussi à obtenir une amélioration des conditions de travail. Celle-ci doit devenir une priorité d’action pour les pouvoirs publics, les dirigeants d’entreprise et les organisations syndicales.

La tentation du désengagement s’étend

Notre pays est handicapé par la persistance de conditions de travail dures et anormalement pénibles par rapport à nos voisins. L’étude EWCS montre que seuls 21 % des salariés français se déclarent très satisfaits de leurs conditions de travail, un niveau inférieur à celui de la moyenne de l’Europe des 27 (25 %) et en particulier de l’Allemagne (29 %), de la Grande-Bretagne (39 %), de l’Espagne (23 %). L’Italie connaît également un faible niveau de satisfaction (19 %).

La dernière édition de l’enquête de l’OVAT (observatoire de la vie au travail, 5 394 répondants), diffusée en novembre 2012, indique que 65 % des salariés répondants se sentent très exposés au stress, soit 10 points de plus que lors de la précédente édition (55 % en 2009).

Résultat de cette dégradation des conditions de travail : d’après le baromètre Edenred-Ipsos 2013, « 40 % des salariés français se disent démotivés, ce qui en fait les recordmen d’Europe » (Les Échos, 26 avril 2013).

L’enquête « What’s working » du cabinet Mercer, publiée en septembre 2011, montrait déjà que malgré la montée du chômage, 30 % des salariés songent sérieusement à quitter leur emploi, contre 19 % en 2007 et la proportion de salariés se déclarant satisfait de leur travail a chuté à 57 %, contre 72 % en 2007.

La France n’a pas réussi à s’adapter aux nouvelles donnes du changement et du management


Le retard d’investissement que connaît la France depuis de longues années a des incidences sur les modes de déploiement du changement. Seuls 36 % des salariés en France signalent que de nouveaux processus ou de nouvelles technologies ont été mis en place sur leur lieu de travail au cours des trois dernières années, contre 40 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et en particulier 44 % en Allemagne. À l’inverse, le changement se met davantage en place par des processus plus brutaux : 35 % des salariés en France indiquent qu’une restructuration ou une réorganisation substantielle a été menée sur leur lieu de travail au cours des trois dernières années, contre 31 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et également 31 % en Allemagne.

La France se caractérise par sa conception et son approche hiérarchique du management, qui laisse peu de place à l’expression et à la reconnaissance. D’après l’étude européenne EWCS, la proportion des salariés qui déclarent pouvoir influencer les décisions qui sont importantes pour leur travail est très faible en France : 31 % contre 40 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE, dont 38 % en Allemagne, 45 % en Grande-Bretagne, 32 % en Italie, 39 % en Espagne. Seule la Slovaquie (28 %) présente un score plus faible.

  • Faut-il y voir une responsabilité du management ? Oui puisque les résultats de la question « votre responsable ou superviseur vous encourage-t-il à participer aux décisions importantes ? » sont pires encore : aucun pays (même la Slovaquie, cette fois) ne fait moins bien que la France (56 % de réponses affirmatives).

Mais il faut aussi souligner que les managers n’ont pas toujours les moyens nécessaires à la bonne exécution de leur rôle d’accompagnement. En France, 40 % d'eentre eux se disent non associés à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise (CSP formation, « premier baromètre des managers : les résultats de l’édition 2012 », mars 2013).

On sait que le manque de reconnaissance est l’un des facteurs de stress et de démotivation les plus significatifs. Or, 30 % des Français déclarent que ce qu’ils font (pas forcément seulement au travail) n’est pas reconnu par les autres, un niveau très supérieur à la moyenne européenne (22 %) et qui n’est dépassé que par la Grèce et Chypre (étude EQLS).

La France se caractérise par la forte proportion de ses salariés qui relèvent des « tensions vives entre managers et salariés » : 48 % en France contre 32 % en moyenne européenne. Seuls trois pays parmi les 27 de l’UE présentent des indicateurs de tension plus élevés : la Hongrie, la Grèce et la Slovénie (étude EQLS).

La crise provoque une aggravation de la situation

La crise aggrave les problèmes, du fait de la financiarisation, du court-termisme, des restructurations et réorganisations mal préparées, de la précarisation du travail et du rétrécissement des marges de manœuvre. L’indice de fréquence des accidents du travail a cessé de diminuer depuis 2009, lorsqu’il s’est établi à 36 (niveau identique pour 2010 et 2011, dernier chiffre connu).

L’insécurité de l’emploi s’étend. D’après l’étude EQLS d’Eurofound, la proportion des Européens qui pensent probable de perdre leur emploi dans les 6 mois à venir s’est accrue de 9 % en 2007 à 13 % en 2011 (et même 15 % en France). Cette augmentation très significative masque une explosion dans les pays les plus touchés par la crise : Chypre (de 9 % en 2007 à 32 % en 2011), Grèce (8 % à 31 %) et Lettonie (13 % à 25 %). Or, on sait aujourd’hui que l’anxiété face au risque de la perte d’emploi est l’un des facteurs de stress les plus aigus.

La vague 2012 de l'enquête de l’OVAT citée ci-dessus permet des comparaisons avec la précédente (2009), pour mettre en évidence les conséquences de trois années de crise en France :
  • 74 % des salariés sont impliqués au travail (77 % en 2009),
  • 65 % se sentent très exposés au stress (55 % en 2009),
  • 60 % évaluent défavorablement le climat social (57 % en 2009),
  • 58 % jugent insuffisante la qualité managériale de leur entreprise (55 % en 2009).
L’une des conséquences les plus visibles de la crise est la montée des suicides. Selon une étude de 2009 menée par deux chercheurs britanniques sur les taux de mortalité par suicide dans 26 pays de l’Union européenne entre 1970 et 2007 (étude publiée en juillet 2009 par The Lancet), pour 1 % de hausse du chômage, il y aurait 0,8 % d’augmentation des taux de suicides pour les moins de 65 ans. Une étude plus récente publiée par l’American Journal of Public Health s’intéresse au cas de la Grèce et des conséquences de deux années de crise, entre 2007 et 2009, sur la santé de la population, notamment la population masculine de moins de 65 ans, « celle qui a été la plus fortement touchée par la hausse du chômage ». Sur cette période et au sein de cette population, l’augmentation du taux de suicides est de 23 % ; celle du taux d’homicides de 25 % et celle des décès dus à des maladies infectieuses de 28 % (voir : « L’impact de la crise sur la santé », Stress-Info, 24 avril 2013).

En 2010, 10 509 décès par suicide (auxquels s’ajoutent plus de 200 000 tentatives) ont été enregistrés en France. On ne dispose que d’estimations pour connaître la part de ces suicides imputables au travail. Au sein de l’Europe, la France se situe dans le groupe des pays à fréquence élevée de suicide avec un taux standardisé global de 14,7 pour 100 000 habitants, soit nettement au-dessus de la moyenne de l’Union européenne (10,2 pour 100 000 habitants).

Plus largement, la santé des populations se dégrade depuis 2007. En 2011, 28 % des Européens déclarent être affectés par des problèmes de santé (physique ou mentale) chroniques, selon le rapport Eurofound EQLS. Ils n’étaient que 24 % quatre ans plus tôt. Cette évolution défavorable reflète en partie le vieillissement. Mais pas seulement puisqu’elle s’observe aussi parmi les classes d’âge jeunes. Mais cette évolution est d’autant moins visible qu’elle se concentre sur la population la plus fragile. Entre les deux dernières enquêtes  la proportion des Européens qui se déclarent en mauvaise santé n’a presque pas évolué dans le quartile des ménages à hauts revenus (de 4 % en 2007 à 5 % en 2011) mais a significativement augmenté dans les deux quartiles suivants et plus encore dans le quartile des revenus les plus modestes (de 14 % à 17 %). Le rapport utilise à ce propos, une expression forte, le « health gap ».

  • La crainte de perdre son emploi accroit les comportements néfastes à la santé. La proportion de salariés qui ont travaillé au cours des 12 mois précédant l’enquête alors qu’ils étaient malades est relativement élevée en France (48 %) et en Grande-Bretagne (51 %). Ces niveaux sont plus raisonnables ailleurs : 39 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et en particulier 39 % en Allemagne, 23 % en Italie, 38 % en Espagne (étude EWCS).

La France n’a pas réussi à limiter les facteurs de dangerosité

Il est difficile de comparer les taux de fréquence et de gravité des accidents du travail entre les pays de l’UE car ils répondent à des définitions différentes. Cependant, une étude d’Eurostat basée sur un questionnaire apporte quelques réponses (« Results from the labour force survey 2007 ad hoc module on accidents at work and work-related health problems », août 2009). Elle montre que la proportion des salariés ayant eu un accident au travail durant les 12 mois précédant l’enquête est de 5,4 % en France, contre 3,2 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et en particulier 2,9 % en Allemagne, 3,2 % en Grande-Bretagne, 2,7 % en Italie, 3,9 % en Espagne. Seule la Finlande (6,3 %) fait moins bien que la France. Cette enquête montre donc que la fréquence des accidents du travail en France est presque deux fois plus élevée qu’en Allemagne et en Italie…

Si la comparaison basée sur le nombre d’accidents est difficile, la mesure des évolutions semble plus assurée. L’indice harmonisé d’accidents du travail a diminué de 21 % entre 2000 et 2007 pour la France selon Eurostat, c’est-à-dire moins vite que pour l’ensemble de l’UE à 15, soit 29 %. Les progrès obtenus par l’Espagne et surtout l’Allemagne sont plus sensibles que la moyenne de l’UE à 15.

La France n’a pas réussi à prévenir la montée des risques psychosociaux


Dans les 27 pays de l’UE, 27 % des salariés (soit 56 millions de personnes) sont exposés à un ou plusieurs facteurs susceptibles d’affecter leur santé mentale. C’est en France que la proportion des salariés exposés est la plus élevée : 49 % contre 27 % pour la moyenne des pays de l’UE et en particulier 16 % en Allemagne, 38 % en Grande-Bretagne, 18 % en Italie, 26 % en Espagne (« Results from the labour force survey 2007 ad hoc module on accidents at work and work-related health problems », Eurostat, août 2009).

L’enquête européenne EQLS confirme le niveau élevé du stress au sein de la population française. À la question « je me suis senti particulièrement tendu », les Français répondent « en permanence » à 5 % (contre 3 % en moyenne européenne), « la plupart du temps » à 13 % (contre 9 %), plus de la moitié du temps à 13 % (contre 11 %). Seules la Grèce et Chypre font apparaître des taux de stress plus élevés. Les inégalités sociales sont sensibles : pour le quartile des revenus les plus modestes, la proportion des Français qui se déclarent tendus est de 38 % (contre une moyenne européenne de 27 %) alors que dans le quartile des revenus les plus élevés, elle est de 28 % (contre une moyenne européenne de 19 %).

La proportion des salariés dont le rythme de travail est déterminé par trois facteurs de contrainte ou plus (dépendance du travail des collègues, des demandes clients, du rythme d’une machine, du contrôle d’un superviseur etc.) est élevée en France (37 %) comme en Grande-Bretagne (44 %). Elle est significativement supérieure à la moyenne des 27 pays de l’UE (33 %) et en particulier de l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, qui se situent toutes les trois à 29 %.

La proportion de salariés déclarant avoir fait l'objet d'intimidations ou de harcèlement moral au cours des 12 derniers mois est très élevée en France et atteint le niveau inquiétant de 9,5 %, soit plus du double de la moyenne de l’UE à 27 (4 %) et en particulier beaucoup plus élevé qu’en Allemagne (5 %), Grande-Bretagne (5 %), Italie (1 %) et Espagne (2 %).

Un autre facteur de risque psychosocial important est la fréquence des conflits de valeur. À cet égard, la proportion des salariés dont le travail comporte des tâches en forte contradiction avec leurs  valeurs personnelles est plus élevée en France (11 %) que pour la moyenne des 27 pays de l’UE (9 %) et en particulier l’Allemagne (9 %), la Grande-Bretagne (10 %), l’Italie (10 %), l’Espagne (8 %). Au-delà des conflits de valeur, des facteurs comme la honte ou l’impossibilité de faire du travail de qualité amènent parfois les salariés à cacher fréquemment leurs émotions. C’est le cas d’une forte proportion des salariés en France (36 %), contre seulement 25 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et en particulier 26 % en Allemagne, 30 % en Grande-Bretagne, 19 % en Italie, 23 % en Espagne. Seules la Grèce et Chypre présentent des taux plus élevés qu’en France (étude EWCS).

Les conséquences sont graves en termes d’emplois

Le sujet des 400 000 à 500 000 offres d’emplois non pourvues en France est mal cerné statistiquement. La liste des secteurs concernés montre cependant qu’il s’agit pour une très large part de secteurs d’activité caractérisés par de mauvaises conditions de travail. L’amélioration de celles-ci est donc un levier essentiel pour attirer des candidatures et les fidéliser.

La mauvaise qualité des conditions de travail réduit les taux d’emploi du fait de l’usure professionnelle. Ainsi, moins de la moitié des salariés en France (46 %) pense pouvoir faire le même travail qu’actuellement à l’âge de 60 ans (étude EWCS). Cette proportion est plus importante  ailleurs en Europe : 59 % pour la moyenne des 27 pays de l’UE et en particulier 72 % en Allemagne, 67 % en Grande-Bretagne, 59 % en Italie, 49 % en Espagne. Au sein de l’UE, seules la Grèce, le Portugal et la Slovénie présentent des taux plus bas que la France.

Le résultat de ces mauvaises conditions de travail qui affecte durement les salariés les plus âgés se retrouve dans le taux d’emploi : en 2011, 41,5 % des personnes âgées de 55 à 64 ans sont en emploi en France. Bien que ce taux d’emploi augmente, il reste très inférieur à celui de l’UE à 27 (47,4 %) et en dessous de l’objectif de 50 % qui avait été fixé par la stratégie de Lisbonne pour 2010 (Eurostat, labour force survey). Les pays qui obtiennent les taux d’emploi de seniors les plus élevés sont aussi ceux qui ont réussi à améliorer les conditions de travail.

L'enquête française SIP, rendue publique en mars 2011, a montré de façon éclatante le lien entre pénibilité et difficulté du maintien en emploi : après 50 ans, les travailleurs qui ont été exposés pendant quinze ans ou plus à un poste pénible durant leur carrière sont beaucoup moins souvent en emploi que la population du même âge qui n’a pas été exposée. Le taux d'emploi décroît avec le cumul de pénibilités subies : 68 % pour une pénibilité au moins, 66 % pour deux pénibilités au moins, 62 % pour trois pénibilités au moins (« santé et itinéraire professionnel », DARES analyses, mars 2011).

Les conséquences sont graves en termes de conciliation vie personnelle–vie professionnelle


L’étude EQLS s’est intéressée à la difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle. C’est un problème d’actualité puisque 57 % des Européens déclarent connaître le stress du fait de cette difficulté. La France (59 %) se situe à un niveau proche de la moyenne européenne. De même, 53 % des Européens (et parmi eux, 56 % des Français) déclarent qu’il leur arrive souvent de rentrer de leur travail dans un état de fatigue qui ne leur permet pas d’assurer toutes leurs tâches domestiques. Cette proportion est en augmentation (48 % en 2007 pour la moyenne européenne).

Les conséquences sont graves vis-à-vis de l’équilibre des systèmes de retraite et de santé


Le problème de la pénibilité est d’autant plus aigu qu’en France, peu d’entreprises ont investi sur l’aménagement de postes et l’amélioration des conditions de travail afin de s’adapter au relèvement de l’âge de la retraite.

La France s’est longtemps satisfaite de la longueur de l’espérance de vie dans notre pays, censée refléter l’excellence de notre système de santé. Mais à quoi bon vivre longtemps si les dernières années sont gâchées par l’incapacité ? D’où l’utilité d’un indicateur plus pertinent, l'espérance de vie en bonne santé (c’est-à-dire sans limitation d’activité ou sans incapacité majeure).

Une récente étude d'Eurostat (« années de vie en bonne santé en 2011 », mars 2013) souligne la situation paradoxale de la France. Elle affiche l'une des espérances de vie les plus élevées au monde, 84,8 ans pour les femmes et 78,4 ans pour les hommes en 2012. Mais pour ce qui est de l'espérance de vie en bonne santé, la France est dépassée par bien d'autres pays européens. Ainsi, à 65 ans, une Française peut espérer vivre en bonne santé 9,9 ans, contre près de seize ans pour une Norvégienne du même âge. Pour les hommes, ce nombre s’établit à 9,7 années pour la France contre 10,4 pour les Pays-Bas, 11 pour l’Irlande ainsi que la Grande Bretagne, 11,5 le Luxembourg, 12,4 le Danemark, 12,7 la Suisse, 13,9 la Suède et 14,7 la Norvège. Selon l'étude, cet écart important entre espérance de vie et espérance de vie en bonne santé révèle entre autres choses les insuffisances d'une politique de santé centrée sur le curatif au détriment de la prévention.

L'espérance de vie à 60 ans des ouvriers est inférieure de plus de cinq ans à celle des cadres. Mais au-delà, « les ouvriers ne sont pas seulement désavantagés face à la mort : au sein d’une vie plus courte, ils passent aussi plus de temps que la moyenne en situation d’incapacité. Les professions manuelles en général sont particulièrement touchées par les limitations fonctionnelles physiques ou sensorielles, qui concernent plus de 60 % des années à vivre après 60 ans » (Emmanuelle Cambois, Caroline Laborde, Jean-Marie Robine, « La « double peine » des ouvriers : plus d’années d’incapacité au sein d’une vie plus courte », Population et Sociétés n° 441, janvier 2008). Cette double peine est un puissant facteur d’inégalité sociale.

Les conséquences sont graves en termes de coûts pour les entreprises et pour l’État


L’Union européenne évalue entre 3 et 4 % du PIB les coûts directs et indirects de la mauvaise santé mentale sur l’économie (invalidité, accidents du travail et maladies professionnelles, médicaments, perte de productivité, absentéisme). Pour la France, cela représente quelque 60 milliards d'euros. En particulier, Eurostat estime que les problèmes de santé liés au travail ont entraîné au moins 367 millions de jours d’arrêt de travail dans l’UE à 27 en 2007 ; ce chiffre exclut les personnes qui prévoient de ne jamais reprendre le travail à cause de ces problèmes.

Dans une récente étude, la DARES (« les absences au travail des salariés pour raisons de santé : un rôle important des conditions de travail », février 2013) a montré à quel point l’absentéisme augmente fortement avec le niveau d’exposition aux contraintes physiques et  psychosociales. En ce qui concerne l’exposition aux contraintes physiques, seuls 2,5 % des salariés non exposés à ces risques connaissent une absence totale ou partielle pour cause de maladie ou accidents, contre 5,5 % des salariés cumulant 3 contraintes physiques ou plus. La différence est encore plus marquée dans le cas de l’exposition aux contraintes psychosociales : seulement 2,5 % des salariés non exposés s’absentent pour des raisons de santé contre 7,5 % parmi les salariés exposés à trois contraintes psychosociales ou plus.

  • Aucun de ces indicateurs pris isolément n’est très significatif. C’est leur forte convergence qui interpelle et incite à l’action. La négociation interprofessionnelle en cours sur la qualité de vie au travail, enlisée depuis plusieurs mois, semble avoir repris une nouvelle dynamique. Espérons donc qu’elle ouvre des champs de progrès.

Bon 1er mai !

 

Références de l’article
  > Il y a un peu moins d’un an, à l’occasion de la première conférence sociale, je proposais un premier constat, issu des enquêtes SUMER pour la France et des données préliminaires de l’étude EWCS (« Fifth working conditions survey », EWCS) d’Eurofound (Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail) pour l’Europe. Depuis cette date, Eurofound a rendu disponibles de nouvelles données issues de l’EWCS et publié une autre étude sur les conditions de vie (« Third European quality of life survey - quality of life in Europe: impacts of the crisis », EQLS). C’est donc sur ces données que je m’appuie pour compléter mon premier constat.

Mots-clés : Compétitivité,

Partager : Lu 3016 fois
1 commentaire

1 commentaire

30x30_Alain_2011

plus de 4 ans

Il suffirait d’une réelle volonté politique

par Alain Astouric

Bravo, tout est dit ! D’autant que les causes de stress sont depuis longtemps connues puisque toutes les études aboutissent à une centaine de stresseurs classables en une quinzaine de familles. Par ex. Travail de plus en plus exigeant ; Contradiction avec valeurs perso ; Horaires décalés / imprévisibles / étendus ; Travail en milieu inconfortable ; Changements incessants … Et que, beaucoup de ces causes de stress pourraient facilement disparaître. Par ex. Imprécision des missions ; Manque de considération ; Manque de marge de manœuvre ; Etouffement par les procédures ; Information non pertinente ; Solitude du poste …. Il suffirait pour cela d’une réelle volonté politique et d’une réelle formation des managers. Voir http://astouric.icioula.org/

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

30x30_A_Chneiweiss
30x30_Photo_PB
30x30__DSF2956_Grasset
30x30_Jacky_AMF_2016_261_HteDef
30x30_Logo-A
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours

Accèder à l'ensemble des discussions »