Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Comment décourager les salariés d’agir en justice pour faire respecter leurs droits ?

août 23 2018

Thème: %1

Ressources

Sources

Entre complication de la procédure et instauration d’un barème obligatoire pour les licenciements abusifs ou sans cause réelle et sérieuse, les salariés peinent de plus en plus à faire valoir leurs droits auprès des prud’hommes.

Résultat : le nombre de saisines poursuit sa chute et a accusé une forte baisse en 2017.

Qu'en est-il exactement ?

Nadia Djabali, journaliste à FO Hebdo, fait le point sur le sujet cette semaine à partir des derniers éléments d'information recueillis...
Après une baisse de 18,5 % entre 2015 et 2016, le nombre de nouveaux recours auprès des prud’hommes affichait une nouvelle forte baisse, entre 2016 et 2017. Cette fois-ci de 15 %. En volume, les recours sont passés de 184 343 en 2015 à 149 806 en 2016, pour finalement tomber à 127 000 en 2017. Soit une baisse de 31 % depuis 2015. En 2005, le nombre de nouvelles affaires représentait 201 225 recours.

Quant au nombre d’affaires terminées, il est également en baisse. Le gouvernement a enregistré une diminution de 11 % en 2017 alors que le chiffre ne cessait d’augmenter depuis 2013. Les prud’hommes ont bouclé 180 500 affaires en 2016, contre 160 000 environ en 2017.

Une durée de traitement qui s’allonge

Les chiffres sont suffisamment en chute libre pour que le rapport gouvernemental fasse état d’un contexte de baisse importante des affaires nouvelles et traitées. Il évoque également une augmentation de la durée de traitement des recours : 17,3 mois fin 2017, contre pour 17 mois en 2015.

Quant à la conciliation, elle fait également grise mine. Si le nombre d’affaires portées devant le bureau de conciliation a fortement augmenté (+40 % entre 2016 et 2017), le nombre d’affaires conciliées, lui, a baissé, chutant de 8 800 en 2016 à 7 800 en 2017. Le délai de la phase de conciliation a augmenté pour atteindre 2,9 mois en moyenne, contre 2,3 mois les deux années précédentes.

Les délais s’étirent et le nombre des affaires conciliées baisse, aux antipodes des objectifs égrenés en 2015 par Emmanuel Macron. Alors ministre de l’Économie, celui-ci avait justifié sa loi réformant les prud’hommes par la nécessité de raccourcir les délais de traitement des litiges, en donnant plus de pouvoirs au bureau de conciliation.

Une procédure plus complexe

Pourquoi les salariés saisissent-ils de moins en moins les prud’hommes ? Plusieurs raisons sont à invoquer. La réorganisation de la carte judiciaire de 2010 a vu la suppression de 62 conseils de prud’hommes, éloignant physiquement les justiciables de l’accès à leurs droits. Dans certaines zones rurales, les salariés ont été contraints de faire plusieurs dizaines de kilomètres pour faire valoir leurs droits. Beaucoup ont jeté l’éponge.

Depuis la loi de croissance et d'activité du 6 août 2015, la procédure est plus complexe. Il faut remplir un formulaire de sept pages, auquel il faut ajouter des pièces justificatives : exercice compliqué pour qui n’est pas assisté par un avocat ou un défenseur syndical.

Le délai de saisine des prud’hommes a également été amputé. De trente ans, il a été ramené à cinq ans en juin 2008, puis à deux ans en 2013 pour arriver, avec les ordonnances de 2017, à un an pour une action portant sur l’exécution ou la rupture du contrat de travail.

Conséquence : une baisse importante du nombre de saisines. Entre 40 % et 50 % de dossiers en moins au premier trimestre 2017 au Conseil des prud’hommes de Roubaix, 41 % à Paris, plus de 30 % à Bobigny et 40 % à Lyon. Un phénomène amplifié pour les référés : moins 47 % à Paris au premier trimestre et moins 50 % à Lyon.

Mots-clés : Prud'hommes,

Entreprises : FO,

Partager : Lu 4276 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire