Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Le gouvernement a décidé la mise à mort de l’AGEFIPH et du FIPHFP

janv 15 2018

Thème: %1

Ressources

Sources

Pose des banderilles : mercredi 21 septembre 2017, on a appris sans concertation que le Fonds pour le développement de l'emploi des personnes handicapées dans la fonction publique (FPIHFP) était contraint de diminuer de 25 % son budget des trois prochaines années pour faire face à la diminution des recettes.

  • Par courrier en date du 9 octobre 2017 resté sans réponse, la fédération des services publics CFE-CGC avait déjà interpellé le Premier Ministre sur ces dysfonctionnements.

Estocade : la Cour des comptes a donné l’estocade le 8 janvier 2018 (à la suite d’un référé adressé au Premier Ministre et à la Secrétaire d’État chargée des personnes handicapées) en dénonçant publiquement des collectes de ressources mal maîtrisées entravant l’objet social des deux fonds, selon les Sages. Dix pages pour dire tout simplement que rien ne va plus, passons à autre chose et supprimons purement et simplement l’AGEFIPH et le FPIHFP, acteurs majeurs de l’insertion et du maintien dans l’emploi des handicapés.

Comment tuer son chien en prétendant qu’il a la rage...Ces dix pages dénoncent le fait que certains employeurs du privé comme du public ne respectent pas leur obligation d’emploi ou sont tentés de les minorer.

Ce rapport, à charge et sans appel, occulte les difficultés financières rencontrées par l’AGEFIPH et par le FPIHFP, dont le budget a été ponctionné par l’État de 3 fois 29 millions d’euros ces dernières années.

Ce rapport ne fait pas non plus état de l’annonce faite par le gouvernement le 21 septembre 2017 d’une diminution du budget du FPIHFP, pour les 3 prochaines années, à hauteur de 120 millions d’euros par an.

Ces coupes budgétaires drastiques sont dues à des ponctions de l’État sur chaque fonds. Ces décisions unilatérales de l’État étranglent l’AGEFIPH et le FIPHFP et les salariés et les agents handicapés en font finalement les frais.

Il ne reste plus qu’à prouver que ces 2 institutions sont incurables.

Qui sera chargé d’achever la bête en plantant la puntilla ?

Peut-être l’IGAS qui doit remettre un rapport incessamment ?

Aujourd’hui, la CFE-CGC, qui défend les handicapés dans le public et le privé au quotidien, soutient les actions du FIPHFP et de l’AGEFIPH et refuse toute fusion, absorption ou disparition de ces fonds.

La CFE-CGC souhaite un vrai plan Marshall de la politique sur le handicap dans le monde du travail, en respectant les branches du privé et du public et en lançant une vraie dynamique sous le socle de la loi du 11 février 2005.

Force de proposition, la CFE-CGC réclame l’ouverture sans délai d’une véritable concertation au sein du paritarisme, sur les conditions de fonctionnement de l’AGEFIPH et du FIPHFP, sans opposer le privé et le public et sans léser une quelconque branche !

La CFE-CGC rappelle que le nombre de chômeurs handicapés dépasse les 500 000 et qu’il convient de relever les défis d’une société plus inclusive.

Contacts presse et institutions
Pierre Jan > 01 55 30 12 92 - 06 32 05 69 02 - pierre.jan@cfecgc.fr.
Nathalie Makarski > présidente des services publics CFE-CGC - 06 07 12 06 88 - presidente@cfecgcfp.org.

Mots-clés : Handicap,

Entreprises : Agefiph, FIPHFP,

Partager : Lu 2493 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire