Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Conseillers du salarié : la fausse bonne idée de Gérard Filoche

oct 18 2017

Thème: %1

La loi du 17 août 2015 (dite loi Rebsamen) relative au dialogue social et à l’emploi instaure les nouvelles commissions paritaires régionales interprofessionnelles (CPRI) dont la mise en place a eu lieu en juillet 2017. Elles sont composées de représentants des employeurs et des salariés. La DIRECCTE d’Île-de-France vient de publier par arrêté [1] la composition de la CPRI francilienne pour le mandat 2017-2021. Le but de cette instance est de développer le dialogue social au sein des très petites entreprises.

Gérard Filoche (par ailleurs ancien inspecteur du travail) est intervenu lors du bureau national du Parti Socialiste du 14 avril 2015 concernant le projet de loi Rebsamen sur « le dialogue social ». « Je ne crois pas à une commission régionale paritaire patrons-syndicats concernant les entreprises de moins de 10 salariés. Trop éloignée du terrain et trop bureaucratique, ce sera sans effet. Je re-propose que l’on développe ce qui existe : les conseillers du salarié, en étendant leurs droits, leurs heures de délégation et les thèmes de leurs interventions. Ils ont l’immense mérite d’exister et d’être efficaces. Il faut un numéro vert dans les entreprises et qu’ils puissent être appelés lorsqu’il y a conflit dans l’application des conventions collectives pas seulement pour les entretiens préalables aux licenciements ».

La mission de conseiller du salarié existe depuis 1991.
Ils sont désormais près de 10 000 [2].

Sont-ils efficaces ?

Quand ils effectuent leur mission [3], les conseillers doivent conseiller et défendre les salariés. Tous ne sont pas formés à cette mission spécifique [4], même s’ils sont choisis par la DIRECCTE en fonction de leur expérience des relations professionnelles et de leurs connaissances du droit social [5]. Il en résulte un niveau très inégal, allant du meilleur au pire [6]. Ils restent malgré tout utiles en prenant des notes lors de l’entretien [7] et en orientant les salariés, le cas échéant, vers un syndicat ou un avocat.

Sont-ils des experts des conventions collectives ?

Il existe près de 300 conventions collectives nationales. Les conseillers n’ont pas tous le niveau de leur mission actuelle. Exiger d’eux, de surcroît, de maîtriser cette volumineuse documentation relève de la méconnaissance de la situation. 

D’autant qu’un certain nombre de conventions ont mis en place, depuis des années, des commissions paritaires d’interprétation. Les membres de ces commissions maîtrisent d’autant mieux ladite convention qu’ils en sont les négociateurs et la plupart du temps signataires.

Enfin, la loi ElKhomri [8] a mis en place une commission permanente paritaire de négociation et d’interprétation dans chaque branche. Si cette commission a notamment pour mission d’établir un rapport annuel d’activité, elle serait apte à donner son avis en cas d’incertitude de son application au niveau d’une entreprise.


[1] Recueil des actes administratifs n° IDF-004-2017-10, page 19, 4 octobre 2017.
[2] Les conseillers du salarié, état des lieux en 2014, page 34.
[3] Moins de la moitié sont actifs en effectuant au moins une mission par mandature de trois ans. Les conseillers du salarié, état des lieux en 2014, page 34.
[4] « Six conseillers sur vingt-et-un interrogés ont admis ne pas avoir été formés, six autres déclarent avoir été formés mais de manière insuffisante, cinq se voyaient formés convenablement », Les conseillers du salarié, état des lieux en 2014, page 29.
[5] Article D1232-4 du Code du travail.
[6] La rédaction d’un compte rendu d’entretien, écrit de manière phonétique. Les conseillers du salarié, état des lieux en 2014, page 52.
[7] Les conseillers du salarié, état des lieux en 2014, page 31.
[8] Article 24 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnel.

Partager : Lu 1075 fois
1 commentaire

1 commentaire

30x30_OUrs

environ 1 mois

Conseiller du salarié : un bonne idée saccagée

par Eric Yahia

Aucun corps constitué n'est à l'abri de compter dans ses rangs, des incompétents, des tires-au-flanc ou des ignorants. En outre, bien prétentieux celui qui prétendrait maîtriser plus de 5 conventions collectives, alors 300... Mais on peut savoir lire et prendre le temps de le faire. Tout cela reste vrai autant pour les conseillers du salarié, les avocats, voire les universitaires. Un conseiller du salarié, c'est d'abord un soutien psychologique apporté à un travailleur en péril et paniqué quand il subit les effets de la jungle sociale présente dans les TPE. Rien que pour cela, le conseiller est efficace . Un conseiller du salarié dispose d'un syndicat en soutien. Ouvrir l'accès syndical des TPE par le biais du conseiller du salarié serait une mesure d'une efficacité redoutable ; on peut comprendre que les politiques passées et présentes ne le préconisent pas. Cela conduirait les syndicats les plus actifs à revoir leur approche organisationnelle des TPE et à mieux former les conseillers du salarié, apporteurs d'adhérents. Mais l'Heure n'est pas encore aujourd'hui à l'amélioration de la condition salariale.

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

Le CESE se penche sur la question des déserts médicaux

le 16 déc., 2017 par Hélène Fauvel`

30x30_H__l__ne_Fauvel
30x30_Jacky_AMF_2016_261_HteDef
30x30_Andr__e_Thomas
30x30_Photo_identit__
30x30_Jacky_AMF_2016_261_HteDef
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours

Accèder à l'ensemble des discussions »