Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


PAUSE : plan d’action d’urgence pour la sauvegarde d’une entreprise

juin 02 2017

Thème: %1

Retourner une entreprise en difficulté revient à faire rentrer au port une embarcation naviguant en mer agitée. Tout geste brusque de l’équipage ou décision hâtive peut la mener à sa perte. Capitaine, gardez votre son sang-froid et ajustez vos voiles à mi-mât pour stabiliser votre chaloupe ! De même, chef d’entreprise, ayez fermement votre gouvernail en main tout en adoptant la « pause attitude » pour maintenir le cap.

Voici un plan d’attaque, en quatre étapes, pour minimiser le risque de naufrage.

1. Urgent : parez aux menaces imminentes

La cause majeure des faillites est la pénurie de liquidités : en 2016, plus de soixante mille entreprises de toutes tailles et de tous secteurs ont mis la clef sous la porte (source Altares). Parfois florissantes en apparence, elles ont néanmoins sombré (parfois très rapidement) par carence en trésorerie pour alimenter leurs besoins en fonds de roulement.
Déstabilisée par une nouvelle réglementation, par un trafic en baisse, par des marges qui s’étiolent ou par l’envolée de sa masse salariale, l’entreprise en danger peut facilement dériver faute de mesures urgentes de rigueur et d’austérité.
Que sonne la corne de brume et tous sur le pont pour la remettre à flot !

2. Urgent toujours : saisissez les opportunités immédiates

Chaque brise favorable est l’occasion de gagner en vitesse vers sa destination. Jouer la carte de l’innovation et capitaliser sur une acquisition fortuite sont des opportunités à saisir pour renforcer la position de l’entreprise dans la régate économique.
À bâbord, les « quick wins » et à tribord, la chasse au gaspillage : un bon capitaine dirige son bateau en avant toute, selon le principe de Pareto, larguant les 20 % d’actions capables de délivrer 80 % du résultat.

Renégocier les contrats de sous-traitance et les conditions de paiement, optimiser les marges, mettre en avant les meilleures références, les ressources financières doivent être réservées à des actions et projets générateurs de valeur ajoutée immédiate.

3. Indispensable : consolidez les piliers forts

Un bon matelot entretient son navire quotidiennement. Il en va de même pour un bon dirigeant qui doit, en premier lieu, investir dans ce qui fonctionne bien. Misant sur le savoir-faire et l’engagement de ses équipes, il maintient un climat de confiance et cultive l’intelligence collective : « chacun est responsable pour tous », écrivait Saint-Exupéry dans Pilote de guerre.
Certains d’entre eux oublient cependant cette maxime. Le nouveau président de Vivarte a la réputation de « virer systématiquement trois dirigeants, à son arrivée » qu’ils soient bons ou pas, « afin de mettre l’équipe au diapason et montrer qui décide ». Les emplois de 17 000 salariés ne tiennent finalement qu’au seul ego d’un homme.
Tel un spinacker au vent-arrière, déployer l’énergie commune est bien plus efficace, sur le long terme, que le régime de la terreur.

4. Au fil de l’eau : diagnostiquez et traitez les signaux faibles

L’équipage vérifie constamment l’étanchéité de la coque, l’état de la quille, du bastingage et la solidité du mât. Chacun dans l’entreprise doit pouvoir signaler les anomalies, tant sur la chaîne de production et de l’approvisionnement que sur la qualité du service après-vente.

Une fusée de détresse doit être lancée lorsque le chiffre d’affaire est majoritairement porté par quelques produits phares. Dans la logique du cycle de vie, leur déclin à venir, à plus ou moins brève échéance, mènera l’entreprise à sa perte. Innover et diversifier sans cesse son offre permet d’anticiper le creux de la vague et de maintenir la poupe hors de l’eau.

Croiser les indicateurs est également utile pour repérer les failles : départs en vagues de personnes clefs, absentéisme et renouvellement en croissance indiquent un risque social sous-jacent. La dégradation du taux de qualité de service pointe généralement vers des dysfonctionnements au niveau de la production, de la chaîne logistique ou vers une problématique d’ordre managérial.

En conclusion, pour naviguer en toute sécurité dans une économie aussi fluctuante que la météo en Méditerranée, entrepreneurs et dirigeants doivent rester calmes et alertes. Choquant l’écoute et ajustant leur stratégie au gré du temps, ils doivent traiter l’urgence en priorité, tout en portant leur regard très loin sur l’horizon.

Entreprises : Perfortis,

Partager : Lu 1467 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire