Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Thales privilégie actionnaires et dirigeants au détriment des salariés

févr 28 2017

Thèmes: Rémunération globale, Dialogue social

Ressources

Sources


Message commun des organisations syndicales de Thales : CFDT, CFE-CGC, CFTC et CGT.

Depuis plusieurs semaines, le dialogue social tant vanté de Thales est en panne : les négociations annuelles obligatoires bloquent. Dans un groupe qui dispose de 2 milliards d’euros de trésorerie, dont les prises de commandes s’envolent au-delà des prévisions et dont le chiffre d’affaires et la marge avant impôts (EBIT > 9 %) connaissent une croissance inconnue dans ce groupe (croissance estimée à plus de 5% sur les 3 prochaines années), la direction avance une politique salariale de rigueur en régression par rapport à 2016.

Incompréhension, indignation et colère

En revanche, elle cajole les actionnaires : les dividendes ne cessent de progresser, au point que la valeur de l’action a doublé en un an. Elle n’oublie pas la trentaine de cadres dirigeants qui se partagent la modique somme de 5 millions d'euros sous forme d’actions de performances en sus de leur rémunération (soit plus de 3 ans du salaire moyen chez Thales pour chacun).

Simultanément, les salariés subissent chaque jour une pression accrue, du fait d’une politique d’embauche qui n’est pas à la hauteur des enjeux et de la croissance du groupe, au nom de la compétitivité, avec son cortège de réorganisations, de processus toujours plus contraignants, de tracasseries sur les conditions de travail et de déplacements.

Et mobilisation

Le 16 février, les organisations syndicales ont mobilisé l’ensemble des sites du groupe en France (soit 35 000 salariés), majoritairement sous forme de débrayages ou de blocage de sites (Châtellerault, Vendôme, Valence, Limours et Ymare) et d’une manifestation au siège à la Défense. Aux délégations reçues, la direction des ressources humaines du groupe a asséné un discours pseudo-gestionnaire : investissement dans les sites, recherche/développement et embauche (il s’agit essentiellement de remplacer des départs alors que la charge de travail augmente). Sa conclusion : on ne peut pas « se tirer une balle dans le pied avec une politique salariale » trop élevée !

Face à cette absence d’ouverture, les organisations syndicales appellent les salariés à amplifier le mouvement par tous moyens appropriés, selon les natures d’activité, et une journée nationale d’action est programmée le 9 mars.

La direction doit comprendre qu’il n’y a pas que le retour vers la finance qu’elle doit considérer, que ses salariés ont fait et font ce que Thales est devenue aujourd’hui. Elle doit absolument prendre en compte le travail, l’investissement et l’implication de chacun et le rémunérer à sa juste valeur.

Ses salariés sont son atout. Ne pas les considérer c’est mettre en jeu son avenir, sa compétitivité. C’est se tirer une balle dans le pied.

Contacts :
Didier Gladieu (CFDT), tél. : 06 87 77 40 56
José Calzado (CFE-CGC), tél. : 07 82 52 45 40
Véronique Michaut (CFTC), tél. : 06 89 74 92 34
Laurent Trombini (CGT), tél. :  06 73 93 10 16.

Mots-clés : Actionnaire, Salaires,

Entreprises : Thales,

Partager : Lu 1544 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

Diversification des financements de la protection sociale:

le 25 juin, 2017 par Jean Meyronneinc`

30x30_Meyronneinc
30x30_logo_focom_jpg
30x30_Andr__e_Thomas
30x30_A07060138.Michel.monteil_1_

Le panorama des aides versée par les CAF

le 24 juin, 2017 par Françoise Phelix`

30x30_F_Ph__lix
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours