Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


La révolution QVT est-elle lancée par Christian Nibourel dans le groupe Accenture ?

déc 07 2016

Thèmes: Santé & conditions de travail, RSE

Il y a plusieurs mois déjà, notre équipe myCFE-CGC a lancé et travaille sur le sujet de la qualité de vie au travail (QVT) au sein des sociétés du groupe Accenture.

Un nouvel accord a été signé la semaine dernière entre Christian Nibourel, la CFE-CGC et la CFDT, pour l’ensemble du groupe Accenture en France. C’est peut-être une semaine à marquer d’une pierre blanche : cet accord lance enfin le sujet de la QVT avec un audit qualitatif et quantitatif portant sur toutes les sociétés du groupe. Cet audit sera réalisé par un expert et rentrera beaucoup plus dans le détail que l’enquête « great place to work » en dépassant le constat (le « WHAT ») pour rentrer dans l’analyse des causes (le « SO WHAT ») et surtout avancer vers un plan d’amélioration de la QVT (le « NOW WHAT »). Les résultats seront communiqués aux salariés du groupe Accenture.

Les salariés d'Accenture entendront donc parler de QVT en 2017 puisqu’une enquête détaillée leur sera adressée et qu'il pourraient être sollicités pour des entretiens qualitatifs, individuels ou collectifs. Après cet accord de méthode et l’audit à venir, un accord sur le fond pourrait voir le jour en 2017, sur la base des recommandations qui seront formulées par l’expert. Améliorer notre qualité de vie au travail est donc à portée « demain » ! Now what?

Bien entendu, il ne s’agira pas de faire d’Accenture une société où l’on se sente comme au Club Med en venant travailler. Il ne s’agit pas non plus de baisser la profitabilité de notre société par des dépenses sans ROI. Il s’agira de mettre en place une vraie stratégie de ressources humaines visant à améliorer cette QVT dans un but de développement de notre société : nous sommes une entreprise basée sur les gens ; nous avons besoin de placer les performances collectives avant les performances individuelles ; nous avons besoin de gens engagés et capables d’innover, d’individus qui ne sont pas « malades » du travail mais qui prennent du plaisir à venir accomplir un travail passionnant et enrichissant dans une atmosphère saine. Tout ceci passe par une meilleure QVT. Le retour sur investissement est non seulement possible mais il peut être de 300 % (voire plus), comme en attestent des exemples de sociétés, y compris dans notre métier, telles que OCTO Technology. Ce peut aussi être un élément clef accélérant notre « rotation vers la nouveauté » et notre croissance ; ce sera demain un élément clef pour attirer et conserver les talents.

Cherchons à être vraiment une « great place to work » dans les classements : il ne suffit certainement pas de le clamer ou de pousser les gens à répondre positivement aux enquêtes pour avoir un réel effet sur l’engagement des collaborateurs sur le long terme. C’est à la réalité de notre travail qu’il faut toucher, dans tous ses aspects. Il s’agit de travailler plus sereinement, de manière plus simple, avec plus de confiance et plus de sens. La démarche doit partir du haut de la pyramide avec des dirigeants qui inspirent, qui mettent un terme au management par le stress et les carottes virtuelles. Nous espérons que l’accord signé est bien un signe que notre « country managing director », Christian Nibourel, est prêt à lancer le groupe Accenture France dans cette direction, en cessant d’être en retard sur les autres pays

NB : Cet article est une légère adaptation de l'article publié sur le site de communication syndicale de l'équipe CFE-CGC du groupe Accenture : www.mycfecgc.fr.

Mots-clés : Accord de méthode, QVT,

Entreprises : Accenture,

Partager : Lu 1420 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire