Miroir Social : votre réseau d'information sociale



Article


Le plan 500 000 : moins d'argent pour la formation des salariés, pas plus d'emplois pour les chômeurs

mars 28 2017

Thème: %1

« Entre janvier 2016 et janvier 2017, on constate + 27 900 demandeurs d’emploi en catégories A, B et C et + 61 000 en catégorie D, c’est-à-dire en formation. C’est donc presque 100 000 demandeurs d’emploi supplémentaires à l’issue du plan 500 000. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le plan 500 000 n’a pas fonctionné » - cabinet de Valérie Pécresse, Île-de-France.

Depuis 30 ans environ, la France se lance régulièrement dans des entreprises d'occupation des chômeurs. Succédant au traitement social du chômage des années 1980 (retraites précoces, gonflement des effectifs étudiants et occupation des chômeurs), le plan 500 000 chômeurs en formation de 2016 restera dans les annales comme une ultime tentative de camouflage de la montée du chômage entre 2012 et 2017, augmentation spécifiquement française alors que partout ailleurs dans le monde le chômage refluait.

La formation ne crée pas l'emploi mais elle peut accompagner le développement économique.

La formation ne crée pas automatiquement des emplois (sauf parfois de formateurs), elle ne peut se substituer à l'Éducation nationale défaillante, à un tissu économique d'entreprises moribondes, à la déprime collective face à l'État qui étouffe toutes les activités sous la complexité, une fiscalité très lourde et une formidable inflation bureaucratique.

La formation peut et doit accompagner le développement et la croissance du pays mais elle est bien incapable de créer du travail ex nihilo si le tissu économique et social du pays est ravagé par des mesures règlementaires, sociales ou fiscales hasardeuses.

Déshabiller Pierre pour rhabiller Paul (emploi)

Depuis 2012, en lieu et place de favoriser le développement de l'activité économique et de soutenir l'apprentissage et les embauches dans les PME/TPE (qui offrent seules de réels potentiels d'emplois), on s'est contenté de siphoner l'argent de la formation des salariés pour (s')occuper des chômeurs.

Tant qu'en amont l'école formera à des métiers qui n'existent plus, le chômage ne baissera pas en France.

L'État et certains apprentis sorciers en éducation (ceux qui avaient déjà expérimenté les maths modernes, la méthode globale et le collège unique) ont méthodiquement déconstruit notre système scolaire pendant 40 ans. L'école est devenue à la fois inégalitaire, inefficace (toujours plus de moyens pour moins de résultats) et stigmatisante pour le monde du travail et les entreprises (considérées comme des lieux d'aliénations et d'exploitation)

À quoi bon former pour des emplois de secrétariat ou d'OS des années 1950 dans les lycées professionnels ?

Dans les lycées professionnels, les formations d'employés de bureau, vendeurs ou aides comptable restent nombreuses alors que ces emplois peu qualifiés disparaissent ou mutent.

L'apprentissage a été déprimé depuis qu'en 2013, on s'est employé à retirer les aides aux petits patrons qui embauchaient des apprentis. Ces mêmes aides ont ensuite été rétablies mais le mal était fait car le signal donné aux employeurs était le suivant : « ne vous occupez plus de la formation des jeunes, l'État s'en charge ».

La formation sera une opportunité en France quand nous serons capables de favoriser l'activité des entreprises. Aujourd'hui, 2 millions de jeunes sont sans emploi, ni éducation ; ils errent dans les banlieues et les campagnes. 2 millions de salariés sont illettrés et encore 2 millions de personnes, chômeurs de longue durée, perdent leur employabilité chaque jour un peu plus.

La loi réformant la formation en 2014 a accouché d'une souris pour ces personnes non qualifiées : le socle des compétences, devenu CLÉA par la grâce des partenaires sociaux : un dispositif bureaucratique. Dérisoire, lourde et imitation inadaptée de l'école alors qu'il aurait fallu sans délai mettre en œuvre des formations totalement ouvertes, libres et faciles d'accès.

Pour sortir du chômage, il faut que les entreprises fassent des profits afin qu'elles investissent puis recrutent.

Aujourd'hui, la France utilise très peu de robots par rapport à ses grands voisins industriels (162 000 robots en Allemagne contre 34 000 en France). Un tel écart s'explique par des marges trop faibles en France mais aussi et surtout parce que les chefs d'entreprises estiment que leurs salariés ne seront pas capables d'utiliser ces nouvelles machines avec profit, faute de formation suffisante.

Ce n'est plus une réforme de la formation dont le pays a besoin mais d'une reconstruction intégrale de son système scolaire depuis l'école jusqu'à la fac.

Sans reconstruction de tout notre système éducatif, la formation restera en France un service secondaire, rare et cher, réservé à quelques ingénieurs ou techniciens hautement qualifiés. Ce service exclusif restera incapable d'accompagner les multiples défis que notre pays doit aborder pour le siècle (transformation numérique, énergétique, environnementale...).

Mots-clés : Chômage,

Partager : Lu 880 fois
Pas de commentaire

Soyez le premier à réagir

Vous devez être membre pour commenter cet article.
Connectez vous ou Rejoignez nous ! (Inscription immédiate et gratuite)



La vie du réseau

Annuaire

En direct de vos blogs

30x30_Pihet_A10110293

Maisons de retraites : des chiffres qui interpellent !

le 16 déc., 2017 par Jean Meyronneinc`

30x30_Meyronneinc

Le CESE se penche sur la question des déserts médicaux

le 16 déc., 2017 par Hélène Fauvel`

30x30_H__l__ne_Fauvel
30x30_Jacky_AMF_2016_261_HteDef
30x30_Andr__e_Thomas
Voir les blogs »

Dernières discussions en cours

Accèder à l'ensemble des discussions »